Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Angers SCO : ce qui est reproché au président Willy Bernard

0 23.02.2012 12:21

Le président du club de football du SCO d'Angers (Ligue 2), Willy Bernard, son frère Jonathan et le manageur du club Olivier Pickeu ont été placés en garde à vue à Angers dans le cadre d'une enquête sur de possibles abus de biens sociaux.Interpellé à Paris, Willy Bernard (32 ans) qui dirige une entreprise spécialisée dans le photovoltaïque basée à Paris, avait été placé en garde à vue mardi soir dans les locaux de la brigade financière à Angers.Mercredi, sa garde à vue a été prolongée de 24 heures, alors qu'intervenaient les deux autres gardes à vues, selon une source proche de l'enquête.M. Bernard est soupçonné d'une ou plusieurs infractions financières: il s'agit «d'abus de biens sociaux principalement puisés dans les caisses du club soit au profit des sociétés qu'il gère, soit à son profit personnel», selon une source judiciaire.Le préjudice global pour le club porterait sur 1,35 million d'euros, sur lesquels une somme de 700.000 euros aurait déjà été remboursée, selon cette source judiciaire.Willy Bernard a racheté le SCO en juin 2006 et il en est l'actionnaire majoritaire (51%). Ex-pdg d'AB fenêtres, société liquidée en décembre 2008, il dirige actuellement l'entreprise NextGeneration, spécialisée dans la récupération d'énergie solaire, dont les locaux sont situés rue de la Boétie, à Paris. Son frère Jonathan est le gérant de NextGeneration.La garde à vue du président du SCO intervient dans le cadre d'une enquête de 18 mois liée à des «anomalies» qu'auraient signalées le commissaire au compte chargé de superviser la gestion du club, toujours selon la même source judiciaire.Willy Bernard doit notamment expliciter la création et l'utilisation de deux comptes courants, l'un à son nom, débiteur de 264.000 euros, et l'autre au nom de NextGeneration, déficitaire pour 41.000 euros.Le chef d'entreprise aurait également souscrit un emprunt au profit d'une autre entreprise qu'il contrôle pour une somme de 290.000 euros.Il doit aussi s'expliquer sur un contrat qu'il a fait souscrire au club du SCO au profit d'une société spécialisée dans l'événementiel, qu'il contrôle également, à hauteur de 400.000 euros.Le bail du siège de sa société à Paris aurait été signé et réglé par le SCO pour 144.000 euros.Enfin, le plus jeune président de club professionnel de France serait également interrogé sur la location de jets privés pour 135.000 euros et sur le versement d'une prime de 20.000 euros non justifiée qu'il s'est octroyé.Cette garde à vue intervient alors que le SCO d'Angers (L2) s'est qualifié il y a une semaine pour les quarts de finale de la Coupe de France, qu'il disputera à Chambéry (CFA2) le 2 mars.Sur son site internet, le club a réagi en affirmant que «l'ensemble du club est peiné de la mauvaise communication faite autour de l'audition de son Président, sur laquelle il reviendra très prochainement».Willy Bernard et toutes les personnes placées en garde à vue son présumées innocentes.Suivez le procès en direct ici

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.