Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Euro 2016 Didier Deschamps : « On y est, au dernier rendez-vous »

0 10.07.2016 17:06
"C’est un moment exceptionnel, privilégié, une chance unique avec un titre au bout", estime Didier Deschamps. Photo Nathalie Bourreau

"C’est un moment exceptionnel, privilégié, une chance unique avec un titre au bout", estime Didier Deschamps. Photo Nathalie Bourreau

Voici la dernière interview du sélectionneur Didier Deschamps, avant la finale de l'Euro entre la France et le Portugal ce dimanche soir à 21 heures.


Hugo Lloris a parlé de vous comme d’un architecte. Ce groupe est-il à votre image, imprégné de la gagne ?

Didier Deschamps : Il y a les qualités des joueurs avant tout, et l’état d’esprit. C’est mon travail avec le staff. On a eu deux ans de matchs amicaux, on a fait en sorte de garder cet état d’esprit. Jouer un Euro, c’est fabuleux, ils ont fait tout ce qu’il fallait. Ça a été compliqué par moments, mais ils ne lâchent rien. Ça me plaît bien, évidemment. J’ai dû naître comme ça, certainement. Quand on est dans le sport loisir, c’est le plaisir. Le haut niveau, c’est gagner. Il n’y a rien de plus beau que ça. Il faut accepter quand ce n’est pas le cas, mais tout faire pour y arriver. Le football se joue à peu de choses parfois, mais en donnant tout, on n’a pas de regret.

 

Comment gérer votre dimanche jusqu’à la finale ?

C’est un moment exceptionnel, privilégié, une chance unique avec un titre au bout. Il faut y penser sans trop y penser. Mais il ne faut pas modifier nos habitudes non plus. L’idéal, c’est d’arriver le plus décontracté possible, en étant très concentré sur le match. En ce qui me concerne, c’est difficile d’être sur le banc. La plus belle place, c’est sur le terrain quand tu es actif. Mais je ne peux plus de toute manière (sourire). Je le vis bien, je n’ai pas de tension. Pas de pression, pas de stress, c’est de l’adrénaline. Ma causerie ? J’ai le temps, et j’apprécie de préparer ça, pour le dernier moment avant de rejoindre le stade.

 

Craignez-vous la pression pour vos joueurs ?

Il y a tellement d’attentes depuis deux ans. Le contexte est particulier. Avec mon staff, j’aurai à parler de cet aspect-là, mais on n’a pas à calculer, à se faire des films, juste une finale à jouer. Je suis convaincu que les joueurs vont être prêts. Mais il y a un adversaire aussi.

 

Que vous inspire le Portugal, et Ronaldo ?

C’est une équipe expérimentée, bien organisée, qui possède un triangle défensif solide. Ils ont d’autres bons joueurs, dont un latéral qu’on connaît bien, qui amène beaucoup de centres. Ils comptent énormément sur le duo d’attaque avec Ronaldo et Nani. Ce n’est pas une équipe qui va chercher l’adversaire haut, mais ils se projettent vite d’une phase à l’autre avec la vitesse des deux. Ils utilisent bien le ballon. Et pour Ronaldo, s’il y avait un plan… Personne ne l’a trouvé. C’est un très grand joueur, avec une forte qualité athlétique et un jeu de tête. Il reste assez longtemps là-haut, les carrés de chocolat y sont pour quelque chose. Le neutraliser ce serait parfait, mais… Être attentif et limiter son influence sera important.

 

Ce sera le plus grand moment de vos deux carrières ?

Quand j’ai accepté de devenir le sélectionneur, ce n’était pas juste pour faire des matchs. On y est, au dernier rendez-vous. Que ça soit aussi ou plus important que ce que j’ai vécu comme joueur, je n’y pense pas. La finale aura des conséquences sur la suite, pour les joueurs aussi. On a cette opportunité, de pouvoir être champion d’Europe. Peu importe l’âge, c’est un titre. En gagner, c’est difficile. Il faut jouer sans penser à la suite. Les joueurs ont conscience de ce privilège de jouer ça chez nous, ici à Paris.

 

Ce sera la conclusion d’une année où tout n’a pas été simple. Comment l’avez-vous vécue ?

Il s’est passé beaucoup, beaucoup de choses très désagréables, mais ça fait partie de cette année sportive. Je ne vais pas dire que tout est effacé, mais on est là, en finale. Les joueurs le méritent, et c’est le match le plus important qu’on a à livrer.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.