Asie du Sud-Est 8000 migrants sans cesse jetés à la mer [photos]

0 16.05.2015 19:48

Le destin tragique de milliers d'exilés du Bangladesh ou de Birmanie fuyant la misère ou les persécutions dans leur pays d'origine fait écho au drame des migrants qui tentent de gagner l'Union européenne en traversant la Méditerranée.

Environ 800 migrants ont été recueillis par des pêcheurs après le naufrage de leur bateau au large de la province d'Aceh, dans le nord-ouest de l'Indonésie. Leur navire avait été repoussé au large par la Malaisie, ignorant les appels des organisations humanitaires à cesser ce "ping-pong humain".

D'après les défenseurs des droits de ces exilés, parmi lesquels on compte de nombreux Rohingyas - une minorité musulmane de Birmanie figurant parmi les plus persécutées du monde selon l'ONU - jusqu'à 8 000 personnes dérivent en mer, menacées de mourir de faim ou de maladie.

Les migrants secourus vendredi avaient été "repoussés par la marine malaisienne jusqu'à la frontière maritime avec l'Indonésie", a déclaré Sunarya, chef de la police de Langsa, à Aceh, où les rescapés ont débarqué.

La police a décrit des scènes terribles de migrants jetant d'autres migrants par-dessus bord, avant qu'ils ne soient récupérés.

"Ils étaient en train de s'entretuer", a dit Sunarya. "Comme le bateau était surchargé, il fallait se débarrasser d'une partie des gens, qui étaient probablement en train de se défendre".

Intervenant pour la première fois depuis le début de la crise, le Premier ministre malaisien Najib Razak a déclaré qu'il était "très préoccupé par le sort des migrants", mais n'a pas donné le moindre signe d'un changement de politique.

Aucun pays de la zone ne semble d'ailleurs prêt à changer d'attitude et une éventuelle coordination paraît même s'éloigner: la Birmanie, qui refuse la citoyenneté aux Rohingyas, a menacé de se désister du sommet organisé par la Thaïlande le 29 mai.

"Il est peu probable que nous y participions. Nous n'acceptons pas (d'être présents) s'ils (les Thaïlandais) ne nous invitent que pour alléger la pression à laquelle ils sont soumis", a précisé la présidence birmane.

Jeudi, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a rappelé "l'obligation de sauvetage en mer et l'interdiction du refoulement".

Phil Robertson, de l'ONG Human Rights Watch, a prévenu que "le monde jugerait ces gouvernements sur la façon dont ils traitent les hommes, femmes et enfants les plus vulnérables". Avant d'appeler à "cesser de jouer au ping-pong humain".

Le Courrier de l'Ouest à télécharger ici

  • Photo AFP

    Jusqu'à 8 000 personnes dérivent en mer, repoussés d'un pays à l'autre.

  • Photo AFP

    L'ONU a rappelé "l'obligation de sauvetage en mer et l'interdiction du refoulement".

  • Photo AFP

    Les migrants sont menacées de mourir de faim ou de maladie.

  • Photo AFP

    Les Rohingyas sont une minorité musulmane de Birmanie parmi les plus persécutées du monde.

  • Photo AFP


  • Photo AFP

    Les Rohingyas sont une minorité musulmane de Birmanie parmi les plus persécutées du monde.

  • Photo AFP

    Les appels des organisations humanitaires sont ignorées par les États d'Asie du Sud-Est.

  • Photo AFP

    Des rescapés se jettent à l'eau pour tenter de récupérer de la nourriture lancée par hélicoptère.

  • Photo AFP

    Le destin tragique de milliers d'exilés du Bangladesh ou de Birmanie

  • Photo AFP

    Des rescapés se jettent à l'eau pour tenter de récupérer de la nourriture lancée par hélicoptère.

  • Photo AFP

    Des rescapés se jettent à l'eau pour tenter de récupérer de la nourriture lancée par hélicoptère.

  • Photo AFP

    Le destin tragique de milliers d'exilés du Bangladesh ou de Birmanie

  • Photo AFP

    De la nourriture a été lancée dans la mer pour venir en aide aux migrants

  • Photo AFP

    Les Rohingyas sont une minorité musulmane de Birmanie parmi les plus persécutées du monde.

  • Photo AFP

    La police a décrit des scènes terribles de migrants jetant d'autres migrants par-dessus bord.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.