Angers. Ils s’entraînent pour le 39e cross
Photo archives Le Courrier de l'Ouest - Josselin Clair
08:43
Lundi 04 nov 2013

Angers. Ils s’entraînent pour le 39e cross

Certains connaissent déjà le parcours. Pignerolle, c’est leur rendez-vous du dimanche matin. Lundi 11 novembre, ils seront sur la ligne de départ.

A vos marques. Prêts. Partez ! René Aubineau jouerait presque au starter. Il encourage ses fils qui s’entraînent pour « LE » cross. Le cross du Courrier de l’ouest. Une épreuve qui va réunir une partie de la famille le 11 novembre.
Frédéric, 38 ans, et François, 35 ans, courent déjà souvent. Frédéric s’est classé 9e au semi-marathon de Beaufort-en-Vallée, le 6 octobre. Il a aussi à son actif un marathon en 3 h 02. Ce n’est pas un touriste.

« Je vise un podium le 11 novembre », s’engage-t-il. Pari tenu. Les deux sportifs entraînent leur petit frère, Matthieu, 28 ans, moins habitué qu’eux à chausser les running. « On aimerait courir le cross ensemble, mais on ne sera sans doute pas dans la même catégorie d’âge », s’inquiète Matthieu.

Le quatrième frère, l’aîné, ne sera pas là. Mais les trois « petits » feront de leur mieux. Pour courir à Pignerolle, ils commencent par avaler 7 km depuis leur point de ralliement, au domicile de leurs parents au Plessis-Grammoire.

Matthieu écoute les conseils de son marathonien de frangin. « Il faudrait que tu fasses au moins deux sorties par semaine, et un peu de piste aussi, pour du fractionné. Fais une série de dix fois 400 m en 1’30’’ avec une récup de 200 m ». Le cadet enregistre et va tenter d’appliquer la recette qui réussit à son frère.

Pas beaucoup de filles autour d’eux. Ah si, Karine, 30 ans, et Corinne, 46 ans. « On ne vient pas pour le cross. On est basketteuses. On vient juste faire un peu de foncier. Notre challenge, c’est de préparer les 10 km des prochaines Foulées de Sarrigné ».

« Le docteur dit que je peux courir jusqu’à 75 ans »

La jambe tendue à l’horizontale pour s’étirer sur une poutre du parcours de santé, Luc, 19 ans, arbore une tenue aux couleurs de l’ASCSB, le club d’athlé de Saint-Barthélemy-d’Anjou. « On s’entraîne ici trois fois par semaine. Pignerolle, c’est chez nous.

Alors le cross du Courrier, c’est un peu notre course. C’est chouette de voir le parc s’animer comme ça le 11 novembre ». Luc a fini les courses sur routes par une belle performance au semi de Beaufort. « J’étais le premier des juniors. Maintenant, c’est la saison des cross. Celui du Courrier est le premier de la saison. J’y participe tous les ans ».

Dans les allées du bois de Pignerolle, il n’y a pas que des jeunes champions. Il y a parfois quelques anciennes gloires de l’athlé. Et surtout monsieur et madame tout le monde, venus courir pour le plaisir, chacun à sa vitesse, sans chercher à battre des records.

Bertrand, 53 ans, vient souvent en voisin, soit le samedi, soit le dimanche. « Je fais un grand tour en 30 minutes. Je retrouve toujours des gens de connaissance ici ». Serge, 71 ans, ne rate pas ce rendez-vous dominical. « Je fais à chaque fois une heure, 1 h 15. Aujourd’hui, je suis tout seul, mais souvent on est deux ou trois à courir ensemble. C’est plus sympa ».

Il croise un autre habitué des lieux. Noël Tallandier, 65 ans, fidèle parmi les fidèles. « J’ai fait tous les cross du Courrier. Ce sera mon 39e ! Le docteur m’a dit que je pourrai courir jusqu’à 75 ans. Je ne voudrais pas manquer ça ». Comme les autres, il sera sur la ligne de départ. Il court à Pignerolle chaque jeudi et chaque dimanche.

En connaisseur, il promet déjà : « Il fera beau, c’est sûr. En 38 ans, il n’y a jamais eu une pluie battante au départ ».