Vivre sans asthme ? Difficile à imaginer

Lancée le 1er avril 2012 par l’Association Asthme et Allergies, la quatrième édition du concours Asthme Tram Gram vient de couronner ses lauréats. Par le dessin ou l’écriture, le but était de mieux appréhender le vécu des patients. Invités à composer sur le thème Et si je n’avais pas d’asthme ?, bien des participants paraissent avoir peiné à imaginer une telle situation ‘idéale’…

Vivre sans asthme ? Difficile de se projeter dans ce rêve, surtout pour un jeune malade. Voilà qui explique sans doute leur faible participation à cette quatrième édition. Pour Eve Piorowicz, psychologue clinicienne à l’Ecole de l’Asthme de l’hôpital Necker-Enfants malades de Paris, « pour penser sa vie sans asthme, encore faut il pouvoir identifier son asthme... Beaucoup d’enfants n’ont pas conscience de leurs sensations, de leur corps, de la maladie. Certains ne savent même pas qu’ils sont asthmatiques ».

Enfants, ados, adultes, des perceptions différentes

Du « dynamisme ». C’est ce qui ressort le plus, des œuvres réalisées par ces enfants. Réalistes, ils considèrent leur maladie comme « une fatalité certes, mais avec laquelle il faut composer ». Ils ne dramatisent pas leur pathologie. Ainsi leur asthme ne les empêche-t-il pas de vivre, notamment grâce à leur traitement. Une vision qui contraste avec celle des parents. Eux, vivent parfois la pathologie de leur enfant comme une lutte incessante, voire comme un drame à épisodes, où le moindre jeu est une épreuve.

Dans les écrits ou les dessins des adolescents comme des adultes, il ressort davantage le sentiment de malchance. Une mauvaise fortune qui les suivra toute leur vie s’ils ne réagissent pas.

Aller plus loin Découvrez la liste complète des lauréats sur le site de l’Association Asthme et Allergies.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.