Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Vendée Globe François Gabart en héros aux Sables d'Olonne

0 27.01.2013 16:00
Photo AFP

Photo AFP

François Gabart, qui est entré au Panthéon de la voile en remportant dimanche aux Sables-d'Olonne le 7e Vendée Globe, à 29 ans et dès sa première participation, est la dernière pépite de la course au large en solitaire, domaine où les Français règnent en maîtres.

Plusieurs centaines de salariés de la Macif ont fait le déplacement depuis Niort. Parmi eux, Christian Gadiou. Son interview vidéo depuis Les Sables à voir par ici.

+ Notre galerie photos


Vendée Globe Live (direct, version française) par VendeeGlobeTV

• Notre page Vendée Globe par ici

Notre "Live Tweet" ci-dessous.

 

Méthodique, calme, structuré, toujours souriant... et surdoué. L'ascension du jeune ingénieur blond aux yeux bleus, devenu le plus jeune vainqueur de "l'Everest des mers", a été fulgurante mais ne doit rien au hasard.

"Il y a pile quatre ans, j'étais ici à regarder les bateaux avec admiration et fascination, je venais juste de faire ma première saison en Figaro", déclarait-il avant le départ des Sables, le 10 novembre.

"Je découvrais ce milieu. Je m'étais dit +il faut faire le Vendée Globe+, mais je ne pensais pas le faire quatre ans plus tard, même dans mes rêves les plus fous", ajoutait-il d'une voix posée mais déterminée.

Gabart a découvert la navigation avec ses parents, avec qui il a traversé l'Atlantique dans son enfance, et ses grand-parents. Ensuite, expliquait-il, "j'ai bien bossé et rencontré les bonnes personnes au bon moment. Je suis allé vite, certes, mais à un rythme correct, et je ne pense pas avoir volé la place de qui que ce soit".

Régatier accompli, Gabart (1,71 m pour 66 kg) possédait avant même le +Vendée+ un palmarès exceptionnel: champion de France d'Optimist (1997), de Moth Europe (1999), champion du monde junior de Tornado (2004)...

Premier bizuth de la Solitaire du Figaro en 2008, champion de France de course au large en solitaire deux ans plus tard, il est repéré par un certain Michel Desjoyeaux, vainqueur des Vendée Globe 2000-2001 et 2008-2009. Il remporte la B to B en décembre 2011 pour sa première transat en solo en Imoca (monocoques de 18,28 m), alors que son bateau -un plan VPLP-Verdier- a été mis à l'eau seulement quelques mois plus tôt.

Le secret du Charentais, né à Saint-Michel d'Entraygues mais aujourd'hui installé à La Forêt-Fouesnant (Finistère) avec sa compagne norvégienne Henriette et leur fils de 10 mois Hugo, tient sans doute à sa formation. Diplômé de l'Insa de Lyon, le skipper de Macif considère que le métier de marin est "aujourd'hui un métier d'ingénieur".

Rigueur scientifique et instinct

Une course comme le +Vendée+, "c'est une application de ce que j'ai appris à l'école", expliquait-il. "Avec une équipe d'une dizaine de personnes, on a construit un bateau, avec des éléments technologiques très poussés. Quand on navigue, on rencontre aussi des problèmes techniques. Donc il faut savoir pourquoi ça casse, comment réparer. Il y a aussi la stratégie météo", un domaine qu'il affectionne particulièrement et dont il aurait pu faire son métier.

Gabart disait avoir abordé la course au large avec une "rigueur scientifique", tout en y ajoutant de "l'instinct", ce "grain de folie qu'ont tous ceux qui participent au +Vendée+". "J'adore jongler entre les deux. Etre marin nécessite d'être capable d'aller vers ces deux extrêmes, de naviguer au feeling dans certaines conditions et, dans d'autres, de se concentrer sur des éléments plus objectifs".

"Il faut avoir les nerfs solides pour faire cette course, c'est une évidence, notait le skipper de Macif, une dizaine de jours avant l'arrivée. Mais c'est un de mes points forts depuis que je suis tout petit".

Gabart reconnaissait tout de même des "moments difficiles" au cours de cette fantastique régate planétaire. Mais, poursuivait-il, "ce n'est pas en se lamentant ou en pleurnichant qu'on fait avancer les choses. Et d'ailleurs, j'ai eu plutôt moins de problèmes que j'imaginais avant le départ. Ca reste un rêve, ça n'a jamais été un cauchemar".

Et dans les moments de blues, Gabart avait de solides alliés: 3,7 kilos de chocolat (40 tablettes!), son péché mignon, et une discothèque comprenant notamment U2, Bobby McFerrin, ColdPlay et Jack Johnson...

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.