Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Saumur Les écuyers du Cadre Noir reportent leur préavis de grève

0 25.05.2016 17:26
Pho

Photo d'illustration - Archives CO

La tension sociale est un peu retombée, ce mercredi 25 mai 2016, dans les manèges de l'Institut français du cheval et de l'équitation (IFCE) à Saint-Hilaire-Saint-Florent. Une réunion téléphonique vers 11 h 30 a permis de renouer le dialogue et de sauver la représentation publique de ce jeudi 26 mai. « Celle-ci aura donc bien lieu » nous a confirmés Jean-Franck Girard, écuyer du Cadre Noir et responsable du syndicat SNAPS-UNSA.

Lui ainsi que Christian Vannier, directeur de l'IFCE et Laurence Sautet, écuyère en charge de la coordination des spectacles ont pu se mettre d'accord sur la reprise d'un nouveau dialogue. « Le directeur a proposé de faire un avenant aux statuts pour que les écuyers enseignants soient eux aussi présents au Comité technique central qui se tient régulièrement à Paris. Cela va nous permettre de faire entendre notre voix comme les autres catégories de personnel », explique M. Girard.

Par ailleurs, le directeur a demandé que les revendications soient portées noir sur blanc pour qu'il puisse les étudier. Elles seront réexaminées ensuite lors d'une réunion prévue mardi. Prudents, les écuyers ont déposé un nouveau préavis de grève pour le jeudi 30 juin, date d'une nouvelle représentation publique.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.