Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Saumur L'École de combat interarmes ouvrira le 1er juillet

0 26.05.2016 18:03
Les généraux Soriano et Nicolazo de Barmon sont à l'origine de l'École de combat interarmes.

Les généraux Soriano et Nicolazo de Barmon sont à l'origine de l'École de combat interarmes.

Bonne nouvelle pour la ville et son économie : une nouvelle école ouvre ses portes et complétera l'offre des Écoles militaires de Saumur.

Avec 3 500 stagiaires formés chaque année, sur une durée de 8 jours à un an, les Écoles militaires sont une véritable locomotive de l'économie locale. Ce chiffre va encore augmenter. En raison du renforcement des effectifs de l'Armée de Terre après les attentats, soit 11 000 soldats, l'offre de formation enregistrera un bon de plus de 20 % à Saumur. Les écoles peuvent accueillir plus de 500 stagiaires par jour.

Durant une semaine, les écoles organisent leurs premières Universités interarmes. On y échange sur la doctrine des armes, qui composent l'Armée de Terre : blindée, infanterie, génie, l'artillerie avec les transmissions, le renseignement, la logistique, le transport aérien, qui en découlent. On y prépare aussi la modernisation de la capacité opérationnelle de l'armée de terre, prévue à l'horizon 2020.

Ensuite, place à l'exercice. Baptisé « Exercice Douaumont 2016 », cette première édition est un énorme jeu de simulation de trois jours, à destination des cadres des états majors. L'opération interarmes a nécessité 6 mois de travail et mobilise actuellement 500 participants. Le but est de faire travailler l'intelligence de situation, l'autonomie, la prise d'initiative, le tout dans un jeu collectif et virtuel. L'Université interarmes se répétera chaque année.

"La vie de nos hommes..."

Quant à l'École de combat interarmes, elle est le fruit de la coopération entre le général Nicolazo de Barmon commandant les Écoles militaires de Saumur, chargées de la formation et le général Francis Soriano, commandant les écoles et centres d'entraînement.

Le slogan « S'entraîner en se formant et se former en s'entraînant » trouve ici sa justification. La France est reconnue dans le monde pour son expertise et ses savoir-faire dans ces domaines. Elle accueille en formation et entraînement de nombreux stagiaires étrangers. La présence de l'armée française sur de nombreux théâtres d'opération, tant à l'étranger qu'en France, et sur des missions très différentes, demande de nombreuses qualités aux soldats. « Peu d'armées sont capables de couvrir l'ensemble de ces modes opératoires et basculer de l'un à l'autre » analyse le Gral Soriano.

Le Gral Nicolazo de Barmon ajoute : « cela exige un soldat, qui a l'intelligence de la situation et des chefs, qui ont un véritable sens stratégique. La prise d'initiative est un élément important. Il ne s'agit pas d'obéissance un peu verticale. Chaque expert éclaire la décision du chef, même pour dire des choses pas agréables. Cela débouche sur des décisions saines et rapides ».

L'enjeu est de taille : « Nous souhaitons conduire un processus décisionnel permanent pour tenir compte des aléas et réagir avec la force opérationnelle. Il s'agit, ici, du succès de nos missions et de la vie de nos hommes ».

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.