Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Sarthe Un Angevin avait tiré sur une voiture : placé sous contrôle judiciaire

0 21.02.2013 17:29
Auteur d’un coup de fusil contre une voiture dans la nuit du 9 au 10 février à La Chapelle-d'Aligné dans la Sarthe, un jeune homme du Maine-et-Loire a été placé mercredi sous contrôle judiciaire, en attendant une expertise psychiatrique.

Auteur d’un coup de fusil contre une voiture dans la nuit du 9 au 10 février à La Chapelle-d'Aligné dans la Sarthe, un jeune homme du Maine-et-Loire a été placé mercredi sous contrôle judiciaire, en attendant une expertise psychiatrique.

Droits réservés

Auteur d’un coup de fusil contre une voiture dans la nuit du 9 au 10 février à La Chapelle-d'Aligné dans la Sarthe, un jeune homme du Maine-et-Loire a été placé mercredi sous contrôle judiciaire, en attendant une expertise psychiatrique. Cet homme est-il responsable de ses actes et est-il dangereux pour la société en attendant d’être jugé ?

« Il se sentait poursuivi »

C’est tout le débat qui a eu lieu ce mercredi devant le tribunal correctionnel où un jeune Angevin de 21 ans devait être jugé selon la procédure de comparution immédiate. En fait, le débat sur le fond n’a pas eu lieu, l’affaire étant renvoyée au 3 avril prochain. 

Le tribunal a en effet décidé d’ordonner une expertise psychiatrique de l’intéressé avant de se prononcer sur le fond. Le débat sur l’opportunité de son placement en détention a fait l’objet d’une passe d’armes assez « musclée » entre Me Alain Ifrah, l’avocat du prévenu et Marc de Cathelineau, substitut du procureur de la République.

Le 10 février dernier, dans la nuit de samedi au dimanche, à la sortie de la boîte de nuit « Le Dance Floor » à la Chapelle-d’Aligné, des jeunes s’arrêtent sur le bord de la route pour porter secours à un conducteur qui semble en panne, feux de détresse allumés. C’est alors que le conducteur de ce dernier véhicule ouvre son coffre, se saisit d’un fusil de chasse et tire un coup de feu dans la voiture de ses « sauveteurs ».

Son geste sera analysé et éventuellement condamné lors de l’audience du 3 avril. Mais hier, son avocat, Me Ifrah s’est évertué avec un certain talent à démontrer que son jeune client n’était pas forcément responsable de ses actes : « Il était ce soir-là dans un état mental déficient. À la lecture de son dossier je me suis aperçu qu’il avait des tendances bipolaires et des traits paranoïaques. Ce soir là, il a tiré parce qu’il s’était senti poursuivi. je demande donc une expertise psychiatrique sérieuse avant que le tribunal ne juge ce jeune homme. »

« Un danger pour la société »

Soit, a accordé le Parquet, « mais il faut que cet homme soit placé en détention provisoire en attendant son procès », a requis Marc de Cathelineau avant de poursuivre : « De nombreuses armes ont été retrouvées chez lui lors de la perquisition et il représente un danger pour la société. Il faut l’incarcérer pour éviter tout risque de réitération de passage à l’acte. »

Me Ifrah s’est alors emporté : « Mon client travaille. Il a un CDI. Il se lève tous les matins pour commencer son travail à 5 heures. il n’a jamais fait parler de lui. Si vous le mettez en prison, il aura, selon les statistiques, 59 % de chance de récidiver. »

Le tribunal a suivi l’avocat, imposant au prévenu un contrôle judiciaire très strict jusqu’à son procès.

Compte-rendu d’audience
Jean Benoît GAYET

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.