Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Région Polémique : les belles indemnités des deux présidents de l’ONPL

0 12.10.2017 09:47
La chambre des comptes souligne la fragilité de l'équilibre financier de l'orchestre, trop lié au financement public.

La chambre des comptes souligne la fragilité de l'équilibre financier de l'orchestre, trop lié au financement public.

Extérieur

Le rapport de la chambre régionale des comptes publié mercredi pointe du doigt les rémunérations des présidents de l’Orchestre National des Pays de la Loire (ONPL).

Selon elle, « il est établi qu’entre 2011 et 2016, l’ONPL a versé 50 000 € sans justification réglementaire conforme » à ses présidents Alain Gralepois (PS) et Antoine Chereau (LR).

Il est également précisé que « l’ONPL conserve la possibilité de demander au président l’indu des sommes versées ».

« Il n’y a eu aucun versement illégal, tempère le président Chereau. Mais les statuts précédents, qui ont été validés par la préfecture à plusieurs reprises, offraient une indemnité plus importante aux présidents. Dès que la chambre régionale des comptes nous a avertis, nous avons changé les statuts, et avant même la remise du rapport. C’est donc très clair. »

Le frontiste angevin Aymeric Merlaud est immédiatement monté au créneau et a demandé la restitution des sommes versées à tort.

Retour sur la polémique dans Le Courrier de l'Ouest de ce jeudi

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.