Régime alimentaire : pas d’exclusion

L’Association française des Diététiciens nutritionnistes (AFDN) s’inquiète de la montée des peurs alimentaires, et de la multiplication des propositions de régimes d’exclusion… plus ou moins appropriés. L’intolérance au gluten ou au lactose ne se décrètent pas en fonction d’une perception personnelle des réalités, des goûts et dégoûts. Elle procède d’un diagnostic et d’un véritable bilan médical. « Il n ya aucun intérêt à mettre en place des régimes en l’absence de pathologie avérée », rappellent ainsi ces professionnels.

« Les personnes qui ‘s’auto-diagnostiquent’ intolérantes, et mettent en place d’elles-mêmes des régimes d’exclusion risquent de déséquilibrer leur alimentation, et de créer de véritables carences. Or (ces personnes) sont de plus en plus nombreuses », indique l’AFDN.

Trop souvent selon ses responsables, des rumeurs circulent à propos des produits laitiers. Ils seraient par exemple, impliqués dans le développement de l’ostéoporose. « L’Académie nationale de médecine rappelle que les seules contre-indications du lait sont l’allergie, en général non persistante, aux protéines laitières chez le nourrisson ». Quant à l’intolérance au lactose, elle concerne principalement les populations asiatiques ou des régions méridionales. L’AFDN rappelle également, que « le lait et les produits laitiers sont la principale source de calcium dans l’alimentation humaine. Sans eux, il est impossible d’assurer les apports recommandés en fonction de l’âge ».

Egalement en situation de risque, les consommateurs qui bannissent le gluten de leur alimentation en s’imaginant qu’ils vont ainsi améliorer leur digestion ou favoriser une perte de poids. Ce sont « des allégations sans fondement, s’insurge l’AFDN. « Le régime sans gluten s’adresse uniquement aux personnes souffrant d’une allergie ou d’une intolérance au blé et à ses dérivés la (maladie cœliaque). Cette maladie se manifeste dès l’enfance. Un adulte ne peut donc pas soudainement se révéler intolérant au gluten, et se trouver obligé d’exclure les céréales de son alimentation ».

L’AFDN s’en prend enfin de manière frontale à la loi du marketing. « Loin d’arguments médicaux validés, ces régimes exclusifs répondent bien davantage aux lois implacables du marketing : créer un besoin d’exister, de s’affirmer, de se différencier des autres. »

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.