Prothèses PIP : 1 044 explantations en juin

L’Agence nationale du Médicament et des Produits de Santé (ANSM) signale que 224 ruptures de prothèse PIP ont été observées durant le mois de juin 2012. Ce chiffre est à rapprocher des 400 ruptures enregistrées au mois de mai dernier, et des 3 559 ruptures qui ont affecté 2 862 femmes, depuis 2001.

Entre mars 2010 et juin 2012, le nombre de patientes qui ont dû recourir à une explantation préventive s’est élevé à 7 511. C’est 1 044 de plus qu’à la fin du mois de mai. Par ailleurs, les prothèses ont été retrouvées intactes chez 5 844 femmes (78%), chez lesquelles aucun signe clinique n’avait été observé.

Pas de sur-risque de cancer

Au total, 54 cas d’adénocarcinome mammaire ont été déclarés à l’Agence concernant des porteuses de prothèse PIP. Par rapport à la fin mai, c’est donc un cas de plus. Pour l’Institut national du Cancer (INCa), « les données disponibles aujourd’hui permettent de conclure à l’absence de sur-risque d’adénocarcinome mammaire chez les femmes porteuses d’implants en comparaison avec la population générale. Il n’existe pas de données à ce jour, pour conclure à un sur-risque spécifique à la prothèse PIP en comparaison aux autres implants ».

Pour rappel, l’ANSM recommande aux porteuses de prothèses PIP de consulter leur chirurgien. « A cette occasion, une explantation préventive leur sera proposée, même en l’absence de signes cliniques de détérioration de l’implant. Si elles ne souhaitent pas recourir à l’explantation, elles doivent bénéficier d’un suivi par échographie mammaire et axillaire tous les 6 mois ».

Aller plus loin : Lire le rapport de la sénatrice Chantal Jouanno sur les dispositifs médicaux implantables et les interventions à visée esthétique.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.