Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Prise d'otages Une Trélazéenne évacuée à Vincennes

0 09.01.2015 17:14
Les forces de l'ordre ont évacué les riverains du supermarché Kascher de la porte de Vincennes.

Les forces de l'ordre ont évacué les riverains du supermarché Kascher de la porte de Vincennes.

Photo AFP

Audrey Raguin, 35 ans, qui habite à Trélazé où elle revient chaque week-end, travaille comme juriste à Montreuil (Seine-Saint-Denis), juste à côté de la Porte de Vincennes où se déroule la prise d’otages dans une épicerie.

Elle témoignait à 16 h 30 ce vendredi :

« Je connais cette épicerie. Des collègues y étaient quelques minutes avant la prise d’otages. Je passe devant tous les jours car elle se situe devant la bouche de métro, qui est désormais fermée. Nous étions confinés dans l’immeuble de notre société depuis 13 h 30. Il fallait montrer patte blanche pour accéder aux bureaux. Les portes de l’immeuble étaient verrouillées. Mais on vient de nous demander d’évacuer en urgence les locaux. On est tous descendus. On nous envoie au plus loin du périmètre de sécurité. Le collège qui se situe juste à côté est lui aussi évacué. On suppose que l’assaut ne devrait pas tarder à être donné par les forces de l’ordre. Je suis en train de passer sur un pont qui enjambe le périphérique. Je ne l’avais jamais vu vide. Il n’y a personne dessus, en dehors d’une voiture de police ».

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.