Pour le Hajj : prenez vos précautions … santé !

Cette année, le Hajj se déroulera fin octobre. Alors que les départs pour la Mecque approchent, les pèlerins commencent à préparer ce voyage spirituel, qui constitue le 5e et dernier pilier de l’Islam. Vaccinations, visite chez le médecin traitant… Tour d’horizon des précautions « santé » à prendre, en compagnie du Dr Philippe Bargain, chef du service médical d’urgence de l’aéroport Paris - Charles-de-Gaulle.

« Avant de partir, le pèlerin doit impérativement être à jour de ses vaccinations contre les méningites de types A, C, Y et W135. C’est obligatoire » nous explique le Dr Bargain. Pour cela, il était autrefois nécessaire de se rendre dans un centre de vaccination international. Ce n’est plus le cas depuis maintenant 2 ans, puisqu’un vaccin conjugué, efficace contre ces 4 valences, est disponible en pharmacie. Commercialisé sous le nom de Menvéo®, il peut être obtenu sur prescription de votre médecin traitant

Dans le service qu’il dirige, le Dr Bargain reçoit chaque jour à partir de la fin du Ramadan, plusieurs dizaines de futurs pèlerins. « A l’issue de la consultation, nous leur remettons un certificat international de vaccination de couleur jaune, prouvant qu’ils ont bien été vaccinés, au moins dix jours avant leur départ ».

De bonnes chaussures… et de l’eau

Toujours avec son médecin traitant, le pèlerin ne doit pas négliger d’« étudier les rappels des autres vaccinations conseillées : diphtérie, poliomyélite, coqueluche et tétanos » poursuit le Dr Bargain. « A cause de la promiscuité qui prévaut sur les lieux du pèlerinage, nous recommandons également aux pèlerins de se faire vacciner contre la grippe saisonnière ».

Une préparation « efficace » en France »

Le Hajj est une épreuve physique, et non pas seulement spirituelle. Les pèlerins en effet, sont confrontés à une chaleur intense, associée à un effort important dû à la marche. « Ils devront prendre de bonnes chaussures et s’hydrater régulièrement, sans attendre d’avoir soif. Une petite chaise pliante, une ombrelle et du gel hydro-alcoolique sont également recommandés ».

Au retour, le Dr Bargain estime que 15 à 20 pèlerins seront vus en consultation d’urgence, à l’aéroport. « Sur 12 000 pèlerins en moyenne, cela reste très faible ». Selon lui, la gestion sanitaire des pèlerins paraît donc « efficace » en France. « Pour l’anecdote, nous raconte-t-il, sachez qu’au 19e siècle déjà, un médecin hygiéniste Adrien Proust, le père de Marcel, s’était attelé à la surveillance des pèlerins en partance pour la Mecque. Ils y allaient en bateau, via le canal de Suez. C’est là qu’il effectuait ses contrôles sanitaires, en expliquant qu’en matière de santé ‘plus on en fait pour le pèlerin avant son départ, moins on en fera à son retour’. Il s’agissait à son époque déjà, de prévention. Nous ne faisons que poursuivre aujourd’hui l’action de ce brillant médecin avant-gardiste, quelque peu tombé dans l’oubli ».

Pour aller plus loin, consultez la brochure éditée par le ministère des Affaires étrangères et européennes, ainsi que la liste des centres de vaccination internationale en France. Mais n’oubliez que l’attente y est souvent très longue, et que votre médecin généraliste peut vous préparer lui-même au pèlerinage…

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.