Piscines : pour que le rêve ne vire pas au cauchemar

A la grande joie des petits et des grands, vous possédez une piscine. Heureux mortel que vous êtes… Pourtant, que ce privilège ne vous fasse pas négliger les considérations de sécurité. Selon la Commission de la Sécurité des Consommateurs (CSC) en effet, « les propriétaires (de piscine) apportent une attention particulière à l’esthétique ». Particulière et semble-t-il, prééminente. Ce qui est une grave erreur. Selon la dernière enquête menée sur le sujet en 2009, le nombre de noyades en piscines privées s’était établi cette année-là à 239. Dont 54 noyades mortelles.

Aujourd’hui, la France compte 1,6 million de piscines privées. Et les jeunes enfants y sont les premières victimes de noyades. Si la surveillance des adultes est indispensable pour prévenir ces accidents dramatiques, elle ne se suffit pas à elle-même.

Depuis juin 2003, la loi fait obligation aux propriétaires de piscines privées de plein air dont le bassin est enterré ou semi-enterré, de les équiper d’au moins un des quatre dispositifs de sécurité suivants : une barrière de protection, une couverture, un abri ou une alarme. La CSC considère que l’installation de barrières de sécurité est, de ces 4 solutions, la plus efficace pour prévenir les noyades. Elle déplore par ailleurs que « la disposition législative imposant aux pouvoirs publics de réaliser des contrôles, ne soit pas appliquée faute de moyens ». Autre regret : l’absence d’étude annuelle sur le nombre de noyades survenues dans des piscines privées.

Par ailleurs, la CSC demande aux parents et grands-parents de suivre les conseils suivants afin de prévenir au maximum le risque de noyade :

Enlever tout objet flottant de l’eau après la baignade, afin de ne pas donner envie aux plus petits d’aller les chercher ;

Installer à côté de la piscine, des équipements qui permettront d’intervenir rapidement en cas de danger : une perche et une bouée par exemple ;

Surveiller en permanence les enfants jouant dans le bassin, mais également aux alentours ;

Si les enfants ne savent pas nager, ils doivent être équipés de bouées, de brassards ou de maillots flotteurs ;

Aller plus loin : Consultez la brochure « Mode d’emploi de la baignade, pour un été en toute sécurité », éditée par l’Institut national de Prévention et d’Education à la Santé (INPES). Visitez le site de l’Association Sauve qui veut.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.