Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Gâtine L'éleveur de parthenaises est inquiet pour son avenir

0 30.10.2014 08:45
Julien, Agnès, Christophe et David font confiance à la race parthenaise depuis 1978.

Julien, Agnès, Christophe et David font confiance à la race parthenaise depuis 1978.

La baisse de la consommation de viande pose des problèmes aux éleveurs. Ces derniers ont de plus en plus de mal à vendre leurs bovins. Leur travail de qualité n’est pas récompensé à sa juste valeur.

En acceptant d’ouvrir leur exploitation aux premières rencontres Made in viande, Agnès, Christophe et leurs deux fils, David, 37 ans, et Julien, 23 ans, ont fait partager, à une vingtaine de personnes, leur métier.

A la tête d’un troupeau comprenant 160 parthenaises, 40 vaches de race Aubrac et 300 génisses, le GAEC de La Vonne exploite, à La Brunetière de Vautebis, 285 hectares dont 200 en prairies naturelles. Passionnée par cette profession, transmise de père en fils depuis plusieurs générations, cette famille d’éleveurs doit faire

face, comme tous ses homologues, à une situation économique morose. « Nous travaillons beaucoup pour gagner peu. La baisse de la consommation de viande entraîne la chute des cours du marché », explique Christophe en donnant quelques chiffres.

Le témoignage des éleveurs de Vautebis dans Le Courrier de l'Ouest de ce jeudi, édition Deux-Sèvres. A lire sur ordinateur, smartphone et tablette.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.