Ouverture d’un centre cardiologique à Ramallah

Un bâtiment commercial au cœur de Ramallah, c’est ici que le Palestinian Cardiac Center vient d’ouvrir ses portes. Une structure bien à part, pour au moins deux raisons : la première est qu’il s’agit du premier centre de cardiologie pédiatrique en territoire palestinien, alors que les malformations cardiaques congénitales y sont particulièrement nombreuses. La seconde, c’est que cette structure est financée par une association française, Un Cœur pour la Paix. Visite guidée en marge de son inauguration, le 21 octobre dernier.

La naissance du Palestinian Cardiac Center symbolise deux mains qui se tendent au-delà du mur de 8 mètres de haut mais surtout de 700 km de long, qui sépare aujourd’hui les territoires palestiniens d’Israël. Un mur surmonté de barbelés, percé de quelques check-points unilatéralement tenus par des militaires de l’armée israélienne, lourdement armés. Celui de Qalandia nous fait basculer de Jérusalem à Ramallah, deux villes univers distants seulement de… 15 kilomètres.

Ce dimanche 21 octobre au matin, nous ne mettrons que 45 minutes pour gagner Ramallah depuis la vieille ville de Jérusalem. La circulation est relativement fluide au check-point. Dans les artères de Ramallah aussi, d’ailleurs. La ville est en plein essor immobilier. Nous sommes loin, très loin de l’image des champs de ruines vue et revue dans les médias occidentaux.

Le Palestinian Cardiac Center ressemble à un cabinet médical tel que nous en avons l’habitude : une salle d’attente avec 9 sièges, et trois autres pièces. Il est situé au 2e étage d’un bâtiment commercial qui en comprend cinq. « Nous voulions qu’il soit situé au plus près de la population, et qu’il soit facilement accessible », nous explique le Dr Muriel Haïm, fondatrice en 2005 de l’association Un Cœur pour la Paix.

Déjà 441 enfants opérés

A l’origine, celle-ci devait participer au financement de 50 interventions par an sur des petits Palestiniens, atteints de troubles cardiaques congénitaux souvent mortels. En 7 ans, l’objectif a été atteint sinon dépassé : 441 petits ont été opérés à l’hôpital Hadassah de Jérusalem, par des médecins israéliens et palestiniens. Chacune des opérations coûte 14 000 euros, le financement étant assuré pour moitié par l’association et pour l’autre, par l’hôpital Hadassah.

En Palestine, les malformations cardiaques congénitales constituent un fléau de santé publique. Leur incidence (trois cas pour 1 000 naissances) y est trois fois plus élevée qu’en Israël ou que dans les pays occidentaux. Pourquoi ? « A cause de la forte proportion de mariages consanguins », poursuit le Dr Haïm.

Officiellement ouvert depuis juin dernier, le Palestinian Cardiac Center assure donc le diagnostic et le suivi post-opératoire des petits, principalement ceux qui viennent de la moitié nord de la Cisjordanie. Mais d’une manière générale, les enfants opérés dans le cadre du programme d’Un Cœur pour la paix proviennent dans 40% des cas, de la bande de Gaza. Les 60% restants sont originaires de Cisjordanie. De Ramallah donc mais aussi de Jenine, d’Hébron ou de Naplouse.

La création de ce centre est aussi la concrétisation d’un transfert de connaissances. C’est un Cœur pour la Paix qui a financé la formation du médecin qui le dirige, le Dr Nael El-lahham. Durant 3 ans, il a suivi un cursus de spécialisation en cardiologie pédiatrique. Ainsi s’est-il formé au cathétérisme cardiaque (voir vidéos ci-dessous) – une chirurgie à cœur fermé beaucoup moins invasive qu’à cœur ouvert . Formation reçue au côté du Pr Jean-Jacques Rein, chef de service à l’hôpital d’Hadassah et artisan majeur de la réussite de cette association.

Etre au plus près de la population

« Ma mission est d’être au plus près de la population », nous a expliqué le Dr El-lahham (photo ci-contre). Pour la mener à bien, l’association lui a fourni des électrocardiographes de pointe et finance trois ans de loyer pour le centre. « En contrepartie, nous lui demandons de pratiquer des prix raisonnables et de ne pas faire payer les plus démunis », poursuit le Dr Haïm. « L’objectif est qu’au terme de ces 3 ans, il soit parfaitement autonome pour réaliser son travail de dépistage et de suivi. Pour les interventions chirurgicales, il bénéficie également d’un accès privilégié au CHU Hadassah ».

Depuis le mois de juin, 119 femmes ont été reçues ici par Manal, la secrétaire qui gère la prise de rendez-vous. Derrière elle, un petit meuble qui devrait rapidement être rempli de dossiers. Posée sur celui-ci, une carte de Cisjordanie, ornée du drapeau palestinien. Sera-t-elle bientôt remplacée par une carte associant Israël et la Palestine ? Le symbole serait fort. Mais chaque chose en son temps…

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de l’Association Un Cœur pour la Paix, www.uncoeurpourlapaix.org/fr/.

Pour aller plus loin : Visualisez les vidéos :

Traitement d’une communication inter-auriculaire (CIA) par cathétérisme cardiaque : repérage (durée : quelques secondes) ;

Traitement d’une communication inter-auriculaire (CIA) par cathétérisme cardiaque : Progression (durée : moins d’une minute) ;

Traitement d’une communication inter-auriculaire (CIA) par cathétérisme cardiaque : mise en place du patch (durée : moins d’une minute) ;

Traitement d’une communication inter-auriculaire (CIA) par cathétérisme cardiaque : libération du patch et retrait (durée : moins d’une minute).

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.