Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Notre-Dame-des-Landes Les réactions à l'annonce du référendum local sur NDDL

3 12.02.2016 08:50
Alain Mustière et Bruno Retailleau

Alain Mustière et Bruno Retailleau

Archives Presse Océan

François Hollande a annoncé ce soir l'organisation d'un référendum avant le mois d'ocobre sur le dossier Notre-Dame-des-Landes.

▶︎ Bruno Retailleau, président (LR) du conseil régional des Pays de la Loire :

"L'annonce de ce référendum est caractéristique de la méthode Hollande. D'abord, alors que toutes les procédures ont été scrupuleusement respectées et que la justice s'est prononcée favorablement sur le transfert de l'aéroport, à travers plus de 150 décisions, le Président de la République renonce à décider. Ensuite, il est évident que ce référendum est le prix d'un marchandage pour l'entrée des écologistes au Gouvernement, comme l'a déclaré Emmanuelle Cosse. J'espère que l'impopularité de Francois Hollande ne pèsera pas dans la décision des citoyens et ne compromettra pas un projet essentiel au développement des Pays de la Loire et de la Bretagne". 

▶︎ Alain Mustière, président de l'association Des ailes pour l'ouest :

"La décision du Président de la République de demander un référendum  sur le dossier de l’Aéroport du Grand Ouest est un déni de démocratie qui bafoue:
- les décisions portées par 3 Présidents de la République, 6 Premiers ministres, les Régions Bretagne Pays de la Loire, les Départements d’Ille et Vilaine et de Loire-Atlantique, les agglomérations de Nantes Rennes Saint-Nazaire La Baule, cette décision porte un sérieux coup à la légitimité des décisions de l’Etat et des élus locaux;
- les 160 décisions de justice qui ont donné raison au projet.
- la parole gouvernementale puisque pas plus tard que la semaine dernière, le Premier ministre, le porte-parole du gouvernement et le ministre des relations avec le parlement ont confirmé le lancement des travaux à l’automne.
En outre, en période d’Etat d’urgence, cette décision est un blanc sein donné aux zadistes et aux oppositions violentes. C’est donner raison à ceux qui s’opposent par la force aux décisions démocratiques et aux décisions de justice".

 

Commentaires (3)

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.