Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Notre-Dame-des-Landes Polémique : une entreprise menacée en Anjou

0 02.12.2014 10:00
Notre-Dame-des-Landes. Polémique : une entreprise menacée en Anjou

Notre-Dame-des-Landes. Polémique : une entreprise menacée en Anjou

Photo archives Presse-Océan

Une trentaine d'entreprises, dont une angevine, ont reçu un courrier d'intimidation, visant à les empêcher de répondre à un appel d'offres, concernant les travaux liés au futur aéroport Notre-Dame-des-Landes.

Le courrier qui émanerait des zadistes, occupant la zone de Notre-Dame-des-Landes près de Nantes, est très intimidant pour les entreprises qui l'ont reçu. Il a été envoyé courant octobre. Certaines sociétés l’ont reçu deux fois.

Une entreprise du Maine-et-Loire est concernée selon le député Jean-Charles Taugourdeau.

Derrière la signature fantaisiste se cacherait un groupuscule de zadistes qui avance caché et qui se ferait appeler collectivement par le même prénom : Camille.

L’appel d’offres s’inscrit dans le cadre des travaux préalables à la construction du barreau routier.

Voici ce courrier (nous avons mis en gras les passages les plus menaçants) :

A l'adresse des chefs d'entreprises dans le secteur de l'ingénierie écologique

Objet : Avertissement relatif à l'appel d'offre (n° 14-134622) concernant le « suivi des mesures compensatoires relatives à la restauration des fonctions liées aux zones humides ». 

Madame, Monsieur,

Vous êtes susceptibles de répondre à un appel d'offre concernant le suivi des mesures compensatoires pour la déserte routière du futur Aéroport Grand Ouest. Le maitre d'ouvrage du barreau routier censé relier les 4 voies Nantes-St-Nazaire et Nantes-Rennes, est la DREAL. Le prestataire désigné commencera le travail à partir du 5 décembre 2014 pour une durée de 36 mois.

Si nous vous faisons parvenir ce courrier, c'est dans la louable intention de vous mettre en garde des risques encourus par l'entreprise qui décrochera ce marché. Vous ignorez peut-être les pertes dont les autres entreprises liées à ce projet furent précédemment l'objet. Celles qui ont travaillé sur le terrain, à la ZAD, furent confrontées à de multiples interruptions de travail, dégradations, harcèlements téléphoniques.

Les pertes et dégâts matériels infligés sont à anticiper car ils ont de graves conséquences économiques et ne se limitent pas au périmètre de la ZAD. Chaque local, siège social, où qu'il soit, est une cible potentielle. Sans parler de la mise à mal de l'image de marque des entreprises concernées. Certaines ont renoncé à leur contrat. Les travaux sur place sont au point mort.

Nous tenions donc avant le 5 décembre 2014, à avertir toute entreprise susceptible de répondre à l'appel d'offre de certains précédents notables qui sont lourds de conséquences.

Nous joignions à ce courrier deux documents que nous vous invitons à lire très attentivement :

Le premier est intitulé « Rappel des incidents, sabotages, délits et perturbations dont diverses entreprises liées au projet d'aéroport ont fait l'objet ». C'est une liste qui recense les incidents par rapport aux sous-traitant sur le terrain. Le secteur de l'ingénierie écologique est en première ligne. 

Cette liste est non exhaustive bien sûr, elle ne répertorie pas les attaques contre Vinci ou le parti socialiste, le dossier complet est consultable sur la ZAD sous forme de bottin que nous tenons à votre entière disposition.

Le second intitulé « Démarches à suivre pour les interventions sur le terrain », a été dérobé à Aquabio. L'arsenal de procédures préventives qui y sont décrites n'a en rien empêché ces derniers d'essuyer de multiples incidents jusqu'à renoncer au contrat.

Par ailleurs, vous n'êtes pas sans savoir que le mouvement d'opposition au projet d'aéroport a lancé une audacieuse campagne intitulée : « Adopte un sous-traitant ». Si vous décrochez l'appel d'offre n°14-134622, vous ferez sans doute vous aussi l'objet d'un « suivi » qu'il vous faudra compenser financièrement. Par conséquent, nous ne saurions trop vous conseiller de réfléchir à deux fois avant de répondre à cet appel d'offre, l'intégrité de votre entreprise pourrait en être gravement affectée, ainsi que celle de votre assureur.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l'assurance de notre considération tenace.

Alain Michelin, Président de l'association "Du Bordel pour l'Ouest"

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.