Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Notre-Dame-des-Landes Bruno Retailleau : "Je n'organiserai pas ce référendum"

0 12.02.2016 15:44
Notre-Dame-des-Landes. Bruno Retailleau : "Je n'organiserai pas ce référendum"

Notre-Dame-des-Landes. Bruno Retailleau : "Je n'organiserai pas ce référendum"

Photo Presse Océan

En conférence de presse ce vendredi après-midi à l'hôtel de région, le président du Conseil régional est une nouvelle fois monté au créneau après l'annonce de François Hollande de demander la tenue d'un référendum au niveau local à propos du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes : "Le référendum est un enfumage, ce que l'on attend d'abord, c'est l'évacuation de la ZAD. Ce référendum, c'est juste un moyen d'enterrer le projet", a-t-il notamment déclaré.

Ce vendredi, au lendemain de l'annonce du président de la République, des avocats spécialisés en droit constitutionnel affirment que l'exécutif local est le seul compétent pour proposer un référendum.

Au vu de ses propos, Bruno Retailleau semble mal parti pour accepter de l'organiser : "Si le gouvernement me le demande, je n'organiserai pas ce référendum sur Notre-Dame-des-Landes."

L'intégralité du communiqué de Bruno Retailleau :

« CE QUI L’EMPORTERA, CE N’EST NI LE OUI, NI LE NON : C’EST LE FLOU »

1/ Ce référendum est une mauvaise idée, car François Hollande a choisi de le lancer dans le pire contexte :

  • Le contexte politique d’abord, puisque ce référendum décidé en plein remaniement, est pour le moins suspect d’avoir été marchandé comme prix du débauchage de 3 écologistes.

  • Le contexte juridique, car un référendum est fait par définition pour trancher une décision qui n’a pas été prise. Or, plus de 150 décisions de justice ont validé le projet. C’est un très mauvais signal contre l’autorité de la justice et la légitimité des élus.

  • Le contexte démocratique, car l’urgence, c’est la ZAD qui bafoue l’autorité de l’Etat. Cette consultation apparait comme une capitulation devant les zadistes ultra violents. Car qui peut croire que les zadistes respecteront un référendum ?

    Bref, aucune des conditions nécessaires à la sérénité d’un référendum ne sont réunies.

    2/ En effet, à peine lancé, tout le monde constate que le référendum suscite autant de passions contradictoires que le projet en lui-même.

    • Les opposants au projet dénoncent une fausse bonne idée

    • France Nature Environnement y voit un piège

    • Les Verts posent des conditions irréalisables

    • Les Ailes pour l’Ouest parlent de déni de démocratie

    • Les juristes se contredisent sur la forme juridique à adopter

    • Et personne n’est d’accord sur qui doit voter !

    • ... Au point qu’on se demande si François Hollande ne va pas être obligé d’organiser un référendum sur le référendum pour mettre tout le monde d’accord !

      Bref : on sait que si ce référendum est organisé, personne ne peut connaitre son résultat. Mais tout le monde sait déjà que ce résultat sera contesté. Ce référendum est donc à l’image de François Hollande. Ce n’est ni le oui, ni le non, mais c’est le flou qui va l’emporter.

      Comme toujours dans ce quinquennat, il s’agit d’une manœuvre dilatoire pour permettre à François Hollande de gagner du temps.

Retour sur le dosssier Notre-Dame-des-Landes dans Le Courrier de l'Ouest de ce samedi

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.