Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Niort Un nouveau resto et une seule recette : "Aimer le client"

0 18.02.2016 19:52
  • BENOIT FELACE

    Patrice Vauthier et Laurent Casseron veillent sur "Cuisine, Comptoir et Compagnie".

  • BENOIT FELACE

    Superbe, la déco a déjà offert à cette nouvelle adresse un supplément d'âme...

  • BENOIT FELACE

    Totalement revisité, le patio est une belle invitation au voyage

On a d’emblée envie de s’y attabler. De s’y poser. D’y rester. Pour prendre un verre, grignoter ou glisser vers la carte. En repartir sera forcément plus difficile.

Patrice Vauthier, restaurateur niortais dont la réputation n’est plus à faire, est de retour dans le bas de la Brèche. Un quartier de la ville qu’il connaît particulièrement bien. C’est à deux pas, rue de la Boule-d’Or, que cet infatigable sexagénaire fit, il y a quelques années déjà, ses premières armes.

En1980, il y ouvre une cave, « Le Pressoir ». Et donne naissance quinze ans plus tard, rue de la Boule-d’Or toujours, dans ce qui était un ancien relais de Poste, au restaurant « La Tartine ».

Le succès sera au rendez-vous et favorisera l’ouverture, en voisin, du « Salon de la Tartine ». Cette « jolie période », de sa vie, Patrice Vauthier ne l’a jamais oubliée. Mais ne vit pas dans la nostalgie.

Celui qui sut aussi faire vivre « Le Mélane » avance. Aime relever de nouveaux défis.

Associé à Laurent Casseron, cuisinier de métier passé par « The Waterside Inn », un gastronomique londonien (trois étoiles au Guide Michelin) de renom, il a offert à « La Tuilerie », avenue de La Rochelle, une seconde carrière.

C’est avec ce même associé, qui jadis fut son chef à « La Tartine », que Patrice Vauthier vient de s’embarquer dans une nouvelle aventure.

Nombre de fées semblent s’être penchées sur le berceau de leur nouveau bébé, « Cuisine, Comptoir et Compagnie ».

« On avait envie d’un lieu de rencontre ou on aime se retrouver pour manger un morceau, boire un verre, dîner ou déjeuner. Vous pouvez ne pas avoir envie d’aller en resto tout en ayant une petite faim avant ou après le ciné. Nous répondons aussi à cette attente », confient, de concert, les patrons des lieux.

A lire dans "Le Courrier de l'Ouest" du vendredi 19 février, édition Deux-Sèvres.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.