Neige et verglas : danger sur la route… et les trottoirs !

L’hiver 2010-2011 a été marqué par des épisodes de neige et de verglas, qui se sont trouvés à l’origine de nombreux traumatismes. Et selon le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) publié ce mardi, les deux phénomènes associés, ont provoqué de nombreuses chutes. Deux ans plus tard – un délai courant en statistique - leurs conséquences sont aujourd’hui bien évaluées. A point nommé- hasard de la météo - pour l’offensive hivernale 2012-2013.

« Aucun impact sanitaire notable lié au froid n’a été observé » expliquent les auteurs d’une étude réalisée sur ce sujet. « En revanche, certains épisodes de neige- et de verglas ont été associés à une augmentation de 30% à 150% (du nombre) de passages aux urgences pour traumatismes ». Ces derniers étaient dus en réalité à des chutes. Or celles-ci dans leur majorité, auraient pu être évitées.

L’étude présentée dans le BEH porte sur la période du 1er novembre 2010 au 31 mars 2011. Elle rassemble les résultats observés en Ile-de-France, en Bourgogne, en Rhône-Alpes et en Franche-Comté. Les auteurs ont pris en compte les données météorologiques ainsi que celles relatives aux accidents de la vie courante.

Informer sur la prévention des chutes

Ainsi en Ile-de-France, le nombre de passages aux urgences a-t-il augmenté de 154% chez les 15-74 ans les jours de neige et de verglas, en comparaison avec les résultats des 7 jours précédents. Le 9 décembre 2010 aux urgences de l’hôpital Cochin de Paris par exemple, les recours aux urgences pour chute ont été nettement supérieurs à la moyenne « habituelle » : 21 personnes ce jour-là, au lieu de 5,5 personnes en moyenne. « Dans 16 cas, la neige ou le verglas étaient mentionnés comme étant la cause de l’accident ».

Même constat dans la région Bourgogne, plus précisément dans le département de l’Yonne. Le 2 janvier 2011, les services d’urgence de Sens ont relevé un doublement des visites ! Près de 90% des patients avaient été victimes de chutes. La majorité était des adultes de 15 à 64 ans.

Face à de telles circonstances météorologiques, les auteurs recommandent, « un renforcement et une amélioration de la prévention, en diffusant des conseils auprès des populations concernées. Mais également de rappeler que (les risques liés au) verglas ne (s’appliquent) pas uniquement aux chaussées et aux autoroutes, mais aussi aux trottoirs et donc aux piétons ».

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.