Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Nantes Suicide d'un chômeur : retour sur un drame annoncé

0 15.02.2013 08:42
Nantes. Suicide d'un chômeur : retour sur un drame annoncé

Nantes. Suicide d'un chômeur : retour sur un drame annoncé

Photo Presse-Océan

De nouvelles informations ont été révélées vendredi dans dans Presse Océan

"Il est arrivé en courant. Il était déjà en feu". Ce témoin a assisté, impuissant, mercredi midi, à une scène terrible, sur le parking de l’agence Pôle Emploi de la rue de la Garde, quartier Beaujoire à Nantes.

Un agent de sécurité a tout tenté pour le sauver. "Il a aussitôt jeté une couverture et sorti un extincteur", rapporte un policier. Mais en vain. Djamal C., âgé de 42 ans, est décédé. Comme il l’avait annoncé, malheureusement.

Mardi, à 10 h, cet homme envoyait un mail à l’attention de notre journal :

"Aujourd'hui, c'est le grand jour pour moi car je vais me brûler à Pôle emploi. J'ai travaillé 720h et la loi, c'est 610h. Et Pôle emploi a refusé mon dossier"

Aussitôt, bien sûr, la police a été alertée par nos soins. Elle avait déjà été avisée, en réalité. Dès lundi, ce Nantais avait fait savoir à l’agence qu’il voulait mettre fin à ses jours, après avoir reçu une notification de rejet de droits, chez lui, vendredi dernier.

"Rembourser le trop perçu"

Djamal C., qui avait suivi une formation en chaudronnerie, avait été reçu à Pôle Emploi. "Il aurait perçu des allocations pendant une période où il travaillait, expliquaitJulien Chaillou, de la CGT. Et dans ces cas-là, c’est la double peine : il faut rembourser le trop perçu et l’ouverture de droits est refusée pour la période concernée". 

Dès lundi donc, cet homme marié, débordé par ses difficultés professionnelles, a annoncé qu’il allait s’immoler. Prévenus par l'agence, les pompiers se sont rendus chez lui. "Mais il leur a expliqué qu’il avait dit cela sous le coup de l’énervement", explique un policier.

Mardi, cet Algérien, titulaire d’une carte de résident privilégié pendant dix ans, serait revenu rue de la Garde. Il a alors réécrit à Presse Océan, à 13 h :

"Je suis allé à Pôle emploi avec 5 litres d'essence pour me brûler, mais c'était fermé [...] ; alors ça sera demain le 13 ou le 14, car ce serait vraiment préférable au sein de Pôle emploi. Merci"."

Une patrouille de police a été envoyée chez lui et une surveillance a été mise en place à proximité de l'agence mercredi, d'après Philippe Cussac, directeur départemental de la sécurité publique. Et malgré la présence d'un agent de sécurité à Pôle Emploi, Djamal C. n'a pu être arrêté dans son dessein.

Double signification selon un psychologue

Abdel Halim Boudoukha, maître de conférences en psychologie clinique à Nantes, perçoit une double signification dans l'immolation.

"Il s’agit de se supprimer mais aussi de reporter la responsabilité de sa détresse sur autrui. (...) C’est une manière ultime de s’adresser à la société, de lui dire : « regardez à quel point je ne suis qu’un objet et un objet çà se brûle »".

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.