Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Meurtre d'Anne Barbot : l’inquiétude s’installe dans le Candéen

0 16.04.2013 08:23
Le meurtre d’Anne Barbot continue de jeter le trouble parmi la population, inquiète de ne voir aucun suspect appréhendé.

Le meurtre d’Anne Barbot continue de jeter le trouble parmi la population, inquiète de ne voir aucun suspect appréhendé.

Photo Le Courrier de l'Ouest - Josselin Clair

Un mois jour pour jour après la disparition d’Anne Barbot, vivant à Vritz (Loire-Atlantique) et travaillant à Candé en Maine-et-Loire, le mystère reste entier sur l’identité et les motivations de l'assassin.

Le corps de cette femme de 38 ans a été retrouvé dans le coffre de son véhicule incendié, douze jours après sa disparition, dans la forêt de Saint-Michel-et-Chanveaux. Pour la population aussi, l’attente est longue. Le meurtrier se cache peut-être parmi elle. Notre reportage à lire dans Le Courrier de l'Ouest de mardi, éditions Maine-et-Loire.

Les dates clés de l'affaire Barbot

Samedi 16 mars

Selon les déclarations de son époux, Didier Barbot, à 7 h 10, Anne Barbot, hôtesse de caisse de 38 ans, quitte son domicile, à Vritz, pour se rendre au supermarché où elle travaillait, à Candé, à 7,5 kilomètres de là. Elle n’y arriva jamais. Didier Barbot est prévenu de la disparition vers 11 h 45.

Lundi 18 mars

Une centaine de personnes, des proches des époux Barbot, se massent devant la gendarmerie de Saint-Mars-la-Jaille pour attirer l’attention des autorités sur cette disparition. Dans le même temps, des dizaines de personnes s’activent pour retrouver Anne Barbot.

Vendredi 22 mars

Le parquet de Nantes ouvre une information judiciaire pour disparition inquiétante. La gendarmerie enquête et mobilise à deux reprises un hélicoptère pour effectuer des recherches. Toujours en vain.

Samedi 23 mars

Entre 600 et 700 personnes défilent dans les rues de Candé afin de médiatiser la disparition d’Anne Barbot.

Jeudi 28 mars

Une gaine appartenant  à la disparue est retrouvée près de chez elle ainsi que son chéquier, dans un fossé. Mais ce même jour, un étudiant découvre la voiture brûlée d’Anne Barbot dans une forêt à la sortie de Saint-Michel-et-Chanveaux, à la limite du Maine-et-Loire et de la Loire-Atlantique. Un corps carbonisé repose dans le coffre.

Mercredi 3 avril

Il aura fallu cinq jours aux médecins légistes pour acquérir la certitude qu’il s’agit bien du corps d’Anne Barbot. Les médecins ont la certitude qu’elle a été tuée avant d’être brûlée, mais, compte tenu de l’état du corps ils ne peuvent déterminer ni le jour ni l’origine de la mort.

Mardi 9 avril

Après trois semaines d’enquêtes, les gendarmes s’organisent. Ils créent une cellule d’investigation et une vingtaine de gendarmes spécialisés dans les recherches sont spécialement dédiés à cette affaire. Face à l’absence d’indices ils décident de reprendre toute l’affaire à zéro.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.