Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Même sans centre…

0 25.02.2014 13:14

Même privé de centre de formation, ces dernières saisons, le club angevin est tout même parvenu à « sortir » quelques éléments, aujourd’hui en L2 ou en National.

A l’aube de la saison 2012-2013, le visage de Rayan Frikeche s’affichait en 4x3 aux quatre coins de la ville d’Angers. Les dirigeants scoïstes avaient ainsi fait du Franco-Marocain, sélectionné pour les Jeux de Londres cet été-là, la pierre angulaire de leur campagne d’abonnement.

Un symbole fort pour un club en évolution. Le milieu récupérateur angevin a fait toutes ses classes à la Baumette où il a grandi et a fini par se faire une place au sein de l’effectif professionnel. Sans passer par la case centre de formation. Et pour cause, il n’existait pas…

« A vrai dire, je n’ai jamais trop fait attention à ça, commente-t-il aujourd’hui. A 16 ou 17 ans, c’est toujours embêtant de devoir prendre le bus pour te rendre à l’entraînement, de ne pas savoir où tu vas poser ton sac le lendemain. Mais, ça va, il ne faut pas se plaindre. Si je suis passé pro, c’est que j’ai reçu une bonne formation. »

Des prêtés au Poiré et à Carquefou

Depuis la remontée du SCO en L2, en mai 2007, une demi-douzaine de joueurs issus du club ont été utilisés par Jean-Louis Garcia, puis surtout par Stéphane Moulin. Parmi eux, Vincent Manceau, qui a signé sa première licence en 1995, fait désormais partie des hommes de base. Président de l’association, Daniel Chocteau les a tous vus passer.

Aujourd’hui, il se dit « fier » du travail accompli, malgré de faibles moyens. Il se souvient : « En 2000, avec Philippe Mao (responsable des U19 du FC Nantes), on a mis en place une organisation par pôles. Nous étions alors dans la configuration d’un centre de formation, sans en être un, sans bénéficier d’un outil performant comme celui dont on dispose depuis le 1er juillet.

On s’est ainsi appuyé sur les sections sportives du Lycée Chevrollier et du collège François-Rabelais. Le travail a été bon. A l’exception d’une saison, on a toujours évolué au plus haut niveau national chez les jeunes. » Aujourd’hui, Frikeche et Manceau sont les ambassadeurs de cette formation. Ils ne sont pas seuls, on l’a déjà dit.

Natif de Nyoiseau, repéré du côté de l’ES Segré, Maxime Rousseau a disputé 21 matches de L2 sous le maillot angevin, avant de se faire prêter au Poiré-sur-Vie (National), où il a retrouvé le Cornéais Emmanuel Bourgaud, un des artisans de l’accession dans l’antichambre de l’élite, et Pierre-Étienne Lemaire. Autre digne représentant de la formation angevine : Karim Djellabi, 277 matches avec le SCO au compteur et aujourd’hui à l’AJ Auxerre (L2). Jean-Pierre N’Samé et Hamza Hafidi ont, quant à eux, été prêtés à l’USJA Carquefou (National).

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.