Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Mauzé-sur-le-Mignon Un retraité exclu de la piscine

0 13.08.2013 22:00
Voir la vidéo

Un sexagénaire de Mauzé-sur-le-Mignon en Deux-Sèvres, entre Niort et La Rochelle, s'est vu interdire durant un mois l'accès à la piscine municipale, après s'être montré aggressif avec le personnel de cet établissement dont il dénigre la sécurité sur internet (lire dans Le Courrier de l'Ouest de mercredi, édition Deux-Sèvres). "La semaine passée, les maîtres-nageurs de la piscine ont signifié des remarques fondées à ce monsieur qui s'est montré très agressif. Nous avons dès lors pris la décision de lui interdire l'accès à l'établissement durant une période d'un mois", a expliqué Alain Parrot, vice-président de la Communauté d'agglomération de Niort, en charge des sports d'eau.

"Ce monsieur se croit tout permis, insulte le personnel et maintenant dénigre l'établissement. Ça suffit !", a-t-il ajouté. Le lendemain de l'altercation, le retraité, qui n'avait pas encore reçu la notification d'exclusion, est revenu à la piscine où il s'est à nouveau mis en colère, insultant le personnel.

A la fin de la journée, l'homme, seul derrière une porte de l'établissement, "attendait l'employée de l'accueil qui a eu très peur et a dû appeler un de ses collègues à la rescousse", a raconté M. Parrot, qui a dit "craindre pour la sécurité des agents".

M. Parrot s'est rendu sur place dimanche afin de raisonner le retraité mais "l'entretien a été plutôt houleux. Il ne voulait rien entendre". Lundi, cet ancien expert auprès d'un cabinet d'architecte a publié sur internet une vidéo intitulée "risque de sinistralité à la piscine des Colliberts", censée démontrer la fragilité de sa structure. Dans son film de 26 minutes, il montre des gros plans de poutres et poteaux supposés fissurés et note en commentaire qu'il serait bon "qu'une expertise technique sérieuse soit faite pour savoir s'il est sage de conserver cet établissement ouvert au public". "Elle va s'écrouler d'ici une quinzaine de jours", a même soutenu le sexagénaire à l'élu.

"Nous ne pouvons pas tolérer de tels agissements et encore moins qu'il laisse supposer que la CAN n'est pas en mesure de proposer un accueil parfait dans des établissements sécurisés", tonne M. Parrot. La collectivité a déposé plainte mercredi auprès de la gendarmerie pour ces faits de calomnie et d'atteinte à l'ordre public.

Lire Le Courrier de l'Ouest de mercredi 14 août édition Deux-Sèvres.

 

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.