Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Maine-et-Loire Il milite pour la reconnaissance d'un grand anjou blanc sec

0 18.05.2015 07:00
Patrick Boudouin est un amoureux des grands blancs secs

Patrick Boudouin est un amoureux des grands blancs secs

Photo CO - Laurent COMBET

Viticulteur engagé, Patrick Baudouin, du domaine éponyme à Chaudefonds-sur-Layon, milite pour la reconnaissance d'un grand anjou blanc sec.

Président de l'Anjou blanc, il aurait des raisons de s'inquiéter.

« Aujourd'hui, le chenin, qui est le cépage identitaire des vins d'Anjou, est quasiment en voie de marginalisation, je n'oserais dire de disparition. En 1950, le chenin ne couvrait déjà plus que 30 % de la surface totale des vignes du département. Il n'en couvrait plus que 24 % en 2011. En 2014, l'anjou blanc sec ne représentait que 2 % des surfaces et à peu près l'équivalent des volumes. »

En cause, les viticulteurs de l'Anjou se sont tournés très tôt vers les rosés ou les layons, pour des riaons économiques.

« Il faut que le chenin retrouve sa place, qu'il soit emblématique, qu'il redevienne une locomotive, sans quoi il va disparaître ». Mais, assure-t-il, « il y a toute une génération de jeunes vignerons qui veulent foncer sur le chenin sec. Il y a une vraie dynamique, une vraie fierté retrouvée autour de l'Anjou et du chenin. »

L'interview complète à lire lundi dans Le Courrier de l'Ouest

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.