Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Maine-et-Loire L'affaire Bérénice : les principales dates

0 28.06.2013 17:37
6 mai 2009. Les parents de Bérénice préviennent la police à Cholet. L'enquête commence.

6 mai 2009. Les parents de Bérénice préviennent la police à Cholet. L'enquête commence.

Photo archives Le Courrier de l'Ouest - Etienne Lizambard

4 mai 2009. À La Jumellière, Bérénice Leprêtre, 25 ans, passe la soirée dans le camion aménagé de son compagnon, Damien Lambert. Vers 22 h 30, il l'entend sortir et pense qu'elle va promener son chien. Personne ne l'a revue depuis. Le répondeur de son portable est consulté à 23 h 30 dans un rayon de 15 km autour d'un relais téléphonique de Bouchemaine.

5 mai 2009. Damien se lève et constate l'absence de Bérénice avant d'aller à son travail à 5 heures du matin. Bérénice ne prend pas son poste d'aide-soignante comme elle aurait dû le faire dans une maison de retraite d'Angers à 7 heures du matin.

+ Disparition de Bérénice : le Génie pour sortir sa voiture de la Maine

+ Bérénice : une voiture retrouvée dans la Maine à Bouchemaine

6 mai 2009. Les parents de Bérénice préviennent la police à Cholet. L'enquête commence.

12 mai 2009. Les proches de la jeune femme distribuent tracts et affiches à Cholet, d'autres fouillent les rives de la Loire à Chalonnes-sur-Loire et Rochefort-sur-Loire où des radiesthésistes pensent avoir localisé une trace. Les gendarmes mettent un hélicoptère à la disposition des policiers.

13 mai 2009. La gendarmerie est saisie de l'enquête par le Parquet d'Angers.

15 mai 2009. 110 gendarmes ratissent la campagne à La Jumellière et dans les environs.

16 mai 2009. 19 plongeurs sondent les mares, rivières et plans d'eau.

18 mai 2009. Entre 22 heures et minuit, les gendarmes stoppent des véhicules à La Jumellière et Chalonnes-sur-Loire, à la recherche de témoins qui auraient effectué le même parcours quinze jours plus tôt.

22 mai 2009. Une information judiciaire est ouverte pour enlèvement et séquestration, une des hypothèses toujours étudiées. Trois juges d'instruction sont saisis.

4 mai 2010. Un an après sa disparition, la famille et les proches de Bérénice organisent une marche blanche à Cholet, pour dire qu'ils ne l'oublient pas. 120 personnes participent au défilé. Du côté de la gendarmerie, le groupe Bérénice, longtemps composé de douze militaires, compte toujours quatre enquêteurs à temps plein à la Section de recherches d'Angers.

4 mai 2011. Après avoir été trois militaires à plein-temps jusqu'à la semaine dernière, ils ne sont plus que deux aujourd'hui au groupe Bérénice. Dès qu'une nouvelle piste s'ouvre et qu'elle mérite d'organiser des vérifications plus poussées, ils peuvent bénéficier de l'appui d'autres collègues. Parmi les enquêtes qu'elle mène sur cinq départements, la section de recherches d'Angers n'a, à ce jour, aucune affaire plus mystérieuse que la disparition de Bérénice.

+ Affaire Bérénice : les résultats ADN susceptibles d'être connus jeudi

+ L'affaire Bérénice : les principales dates

+ Affaire Bérénice. Comment la voiture a-t-elle pu arriver là ?

+ Affaire Bérénice. Les résultats de l'autopsie connus dans la semaine

+ Disparition de Bérénice. Le corps retrouvé est celui d'une femme

+ Disparition de Bérénice: le Génie pour sortir sa voiture

+ Disparition de Bérénice : une voiture retrouvée dans la Maine

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.