Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Luché-Thouarsais La vie des migrants s'organise aux Adillons

1 23.11.2016 07:00
Luché-Thouarsais. La vie des migrants s'organise aux Adillons

Luché-Thouarsais. La vie des migrants s'organise aux Adillons

Photo Le Courrier de l'Ouest

Seize migrants, venus d’Afghanistan et du Mali, sont arrivés il y a une semaine aux Adillons, à Luché-Thouarsais. Autour d’eux, le collectif des Voisins solidaires s’active et doucement, la vie s’organise.

Il est 9 heures, les Adillons s’éveillent. « Aimes-tu la brioche ? » Les mots sont simples, distinctement prononcés, souvent accompagnés de gestes. C’est l’heure du petit déjeuner dans le chalet du collectif des Voisins solidaires. Les seize migrants arrivés il y a neuf jours commencent à bien connaître le rituel et n’ont de cesse de répéter les mots qu’ils entendent. « Bonjour, ça va ? », lâche l’un d’entre eux, tout sourire.

Quinze sont Afghans et à peine un tiers maîtrise l’anglais. Le seizième, d’origine Malienne, est francophone. Pour que tout le monde se comprenne, chacun fait preuve de débrouille et la bienveillance règne.
Les Adillons sont devenus une vraie fourmilière : les migrants vivent par quatre, dans quatre chalets. Un cinquième, dédié au collectif Voisins solidaires, représente en somme le poumon de ce cocon. Chaque jour, cinq à dix bénévoles y passent et s’attellent à toutes les tâches possibles. « La semaine dernière, il a fallu gérer l’équipement des chalets, les provisions, les soins, récolter des vêtements », énumère Serge.

Aujourd'hui, à J + 9, la vie quotidienne se rode « et nous avons le sentiment que les garçons sont apaisés, s’accordent à dire plusieurs femmes. Ils prennent leurs marques et on apprend à se connaître. »

Plus d’informations ce mercredi 23 novembre, à lire dans l’édition Deux-Sèvres du Courrier de l’Ouest.

 

Commentaires (1)

Droits des peuples autochtones
FrançoisSaucisson jeu, 24/11/2016 - 00:52

Des gens qui viennent dans un pays sans y avoir été invités ne sont pas des migrants mais des envahisseurs.
Une forme d'inertie culturelle fait que ces populations vont avoir tendance à reproduire ici ce qu'elles ont quitté là-bas.
En témoignent les mosquées, les voiles, les égorgements rituels, les changements des programmes scolaires car l'histoire de France ne plait pas à leurs enfants. Et je ne parle même pas des agissements des faussement nommés déséquilibrés.
S'il y a la guerre dans leurs pays, qu'ils commencent par se débarrasser le l'islam.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.