Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Ligue (32e journée) Clermont - Angers (1-2) : un petit pas vers le maintien

0 15.04.2012 10:11

Angers-SCO, tombeur de Clermont en Auvergne, s’offre trois points d’avance sur la zone rouge. Un matelas certes inconfortable mais non négligeable avant la réception du Mans, vendredi prochain.

La photographie d’un instant ne dit rien de l’avant, ni de l’après d’ailleurs. Celle de la Ligue 2, aujourd’hui, ne dit pas grand-chose des « secousses » subies par les uns ou les autres, ni de l’épilogue de l’exercice en cours, mais une tendance se dégage. Et, parmi les candidats au maintien, le SCO n’est pas le plus mal loti…
Alors qu’il n’avançait qu’à 0,3 point de moyenne face aux ténors du Top 5 cette saison et qu’il ne cessait de se morfondre sur son sort à l’extérieur, où il n’avait plus fait le plein depuis le 25 novembre (Châteauroux : 0-1, 15e journée), c’est lui, assurément, le grand bénéficiaire de cette 32e journée. Sa perf’à Clermont - invaincu à Gaston-Montpied en 2012 - lui permet de prendre ses distances sur la zone rouge, un peu plus encore qu’au lendemain de son succès sur Châteauroux, la semaine dernière (2-0), mais elle ne l’assure de rien, comme le rappelle sa 15e place.

Moulin : « Restés concentrés sur notre jeu »

« Au final, heureusement que l’on a gagné », souffle Stéphane Moulin, petit sourire en coin. Heureusement, oui, car une défaite en Auvergne, conjuguée au succès du Mans sur Amiens hier (3-2), l’aurait positionné à égalité de points avec le premier relégable (Metz). Une situation à glacer les os avant un derby sous haute tension, vendredi prochain.
Cette défaite, Angers l’a un temps tutoyée, décontenancé par une « très mauvaise entame » dixit Gaëtan Charbonnier. Il fait ici allusion à l’ouverture du score clermontoise, provoquée par Romain Alessandrini, qui mérite son surnom de « pépite à l’état brut ». Un tel coup du sort aurait pu plomber n’importe quel cancre en mal de certitudes et de confiance. Sauf que le SCO du printemps n’a plus rien à voir avec celui qui, fébrile mentalement, donc frustré, s’entêtait à refaire les matches avant même qu’ils soient finis…
« On a retrouvé cette conviction et cette combativité qui faisaient notre force en début de saison », résume Saïd Chabane, plutôt rassuré par l’éclaircie aperçue depuis plusieurs semaines (9 points pris lors des 4 derniers matches). Son entraîneur y va lui aussi de son couplet : « On a compris qu’il fallait finir les matches à 11. Ce soir (hier), nous sommes restés concentrés sur notre jeu. Après, il faut toujours de la réussite - un ballon qui prend telle direction -, et on l’a eue. » Angers l’a même provoqué, malgré un déficit d’efficacité lors de la première période, sans renier les principes initialement établis à l’aube de la saison. Ces mêmes principes trop longtemps évanouis au fil de la campagne hivernale. « On a fait selon notre style, avec du jeu et de la recherche », apprécie Moulin.
« C’est le résultat du travail réalisé en amont », précise Diego Gomez, incontestablement l’homme du sursaut angevin hier (lire ci-dessous). Oui mais voilà, tous les savent, le cliché d’un soir n’est pas forcément celui du lendemain…

Benoît LÉGER, envoyé spécial

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.