Les dangers de la bague au doigt

Chaque jour, une personne en France perdrait un doigt… à cause de son alliance ou d’une bague. Durant des tâches ménagères, en portant un objet lourd ou en voulant escalader un grillage, les risques au quotidien sont bien réels. Devant ce constat, l’union de consommateurs UFC-Que Choisir a émis certaines recommandations… de bon sens.

« Ces accidents surviennent deux fois plus souvent dans le cadre de la vie courante qu’au travail et plus fréquemment lors d’activités anodines que lors d’activités de bricolage ou de jardinage » avertissait déjà en 2005 la Commission de Sécurité des Consommateurs (CSC).

Les accidents les plus fréquents surviennent en effet :

en sortant d’un véhicule ;

en retombant d’un grillage ;

en s’accrochant sur un clou ;

en tombant d’un escabeau ;

en accrochant ses clés ;

en claquant une porte…

L’alliance ou la bague se comportent alors tel un fil à couper le beurre, coupant d’abord la peau, puis les vaisseaux, les nerfs, les tendons. Cette lésion appelée ‘doigt-bague’ se termine en général par une amputation complète du doigt. Même en cas de lésion incomplète, la prise en charge doit se faire dans un centre spécialisé de chirurgie de la Main.

Pour éviter l’accident

Pour vous prémunir de ce type d’accident, l’UFC Que Choisir, vous conseille d’enlever systématiquement vos bagues et alliance lors d’une activité manuelle ou sportive. Mais aussi, pensez à les faire ajuster en fonction de l’évolution de votre morphologie. Ainsi, elles seront plus facilement retirables en cas de nécessité. Enfin, ne portez pas d’anneau au pouce. La perte de ce doigt, qui est directement liée aux actions de préhension, constituerait un lourd handicap.

Aller plus loin : Consultez le site de la Fédération européenne des services d’Urgences de la Main.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.