Le tour de taille pèse sur le cœur

C’est un fait acquis : l’obésité abdominale est à elle seule, un facteur de risque cardiovasculaire. Bien plus que l’embonpoint lui-même, c’est l’excès de graisses au niveau du cœur et du foie, qui constitue un danger pour le cœur…

Tabagisme, hypertension artérielle, hypercholestérolémie… Ces facteurs de risque cardiovasculaires sont aujourd’hui bien identifiés. Mais selon le Dr Jean-Pierre Després, directeur scientifique au centre de Recherche de l’Institut universitaire de cardiologie et pneumologie de Québec (Canada), le tour de taille lui aussi, figure parmi les facteurs de risque cardiovasculaire. « (Il) constitue un marqueur du diabète ou de maladies cardiovasculaires bien plus intéressant que l’Indice de masse corporelle (IMC) » explique en effet ce spécialiste.

L’accumulation de graisses au niveau du foie, est « largement associée à une obésité abdominale. Elle perturbe le métabolisme hépatique de l’insuline, et explique en grande partie l’hyperglycémie des patients atteints de diabète de type 2 » poursuit le Dr Després.

Le muscle cardiaque lui aussi, est touché. La graisse du myocarde et le tissu adipeux environnant le cœur, augmentent le risque de troubles cardiovasculaires : angine de poitrine, infarctus du myocarde ou insuffisance cardiaque.

Activité physique, alimentation équilibrée… et prise en charge spécifique

Il rappelle enfin qu’ « il a été démontré que la pratique régulière d’une activité physique et une alimentation équilibrée entraînaient une diminution notable du tour de taille et une amélioration du profil de risque cardiométabolique ».

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.