Le son, une interprétation de notre cerveau

Un son n’est ni plus ni moins qu’une vibration de l’air. Ce message auditif est analysé par les aires de l’audition et du langage, dans le cerveau. De quelle façon ? Explications.

L’oreille externe est un récepteur purement mécanique. Au départ, la membrane tympanique vibre au contact de l’air qui lui parvient depuis le pavillon de l’oreille. Cette vibration transporte le son, qui rencontre ensuite trois petits os connus comme le marteau, l’enclume et l’étrier. Leur rôle : amplifier ces vibrations et les transmettre à l’oreille interne, qui contient un liquide dans lequel baignent des fibres nerveuses. Après avoir recueilli les vibrations sonores, ce liquide va stimuler les cellules sensorielles. Ces cellules nerveuses sont essentielles au processus d’audition, puisqu’elles transforment les vibrations en impulsions électriques.

Ce signal est ensuite acheminé par le nerf auditif et différents relais, jusqu’au cerveau. Il sera alors analysé par les aires de l’audition et du langage, afin de décrypter le message reçu. Et le tour est joué…

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.