La santé, un métier d’avenir…

Qu’on se le dise, le secteur de la santé recrute. Et pas seulement des médecins et des infirmiers. Voilà en substance, le message de la nouvelle campagne lancée par le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé. Un titre qui flashe : La santé c’est 200 métiers et autant de façons de voir son avenir. Un titre aussi, qui donne la dimension des besoins. Pour attirer les jeunes, Annie Podeur, directrice de l'hospitalisation et de l'organisation des soins (Dhos) au ministère de la Santé, réalise un tour de France. Les lycéens volontaires du lycée nantais des Bourdonnières, ont écouté avec beaucoup d’intérêt semble-t-il, sa présentation et celles de professionnels du secteur.

Axel et Sofiane ont 16 ans. Ils sont élèves en 1ère Sciences et Technologies de la Santé et du Social, et en 1ère Scientifique. Légitimement préoccupés par leur avenir, ils se sont portés volontaires pour assister à la présentation de la campagne. « Je ne savais pas qu’il y avait autant de métiers dans cette filière », admet Sofiane. Lui veut être médecin généraliste. Axel, infirmier. Pourtant, « il n’y a pas beaucoup de places. C’est difficile, donc c’est intéressant d’avoir un plan B », indique-t-il.

Et parmi les 200 métiers que propose le domaine de la santé, celui de psychomotricien a retenu l’attention de nombreux élèves. « Le lien entre le corps et l’esprit m’a interpellé », explique Sofiane. De son côté Fanny, élève en 1ère S s’est sentie attirée par le métier d’ambulancier.

Et si la majorité des élèves présents sont des filles, la campagne s’adresse à tous. « Les métiers n’ont pas de sexe », martèle Annie Podeur. Pour « donner aux jeunes l’envie de se lancer dans ces métiers passionnants », elle réalise un petit tour de France.

Des emplois inattendus

L’objectif est de faire comprendre aux jeunes que les « métiers santé » ne se résument pas à ceux d’infirmier, de médecin ou d’aide-soignant. Les activités de soin, donc. Dans la santé, il y a aussi place pour le médico-technique, la rééducation, la technique et la logistique. Ou encore pour la fonction qualité et la gestion de l’hygiène... Et surtout, il y a aussi des professions qui font appel aux nouvelles technologies, « ce qui passionne les jeunes », assure Annie Podeur. Des métiers parfois méconnus depuis longtemps, ou tout simplement nouveaux. C’est le cas des assistants de régulation médicale. « Lorsque vous appelez le 15, c’est moi qui répond », explique Soizic Chantepie, une jeune représentante de cette nouvelle profession.

Il y a également les orthoptistes, les podologues, les acheteurs dans les hôpitaux, les contrôleurs de gestion, les ingénieurs biomédicaux et les attachés de recherche clinique. Juste après le Bac, avec une formation de 10 mois seulement ou après de longues études, il y a donc c’est vrai, près de 200 métiers dans le domaine de la santé.

Des emplois pour les jeunes

Sans oublier que ce secteur est selon la formule consacrée, « en tension ». C’est-à-dire que l’offre de poste ne trouve pas toujours preneur. Pour Annie Podeur, « La croissance démographique, le départ en retraite de nombreux professionnels de santé, le vieillissement de la population expliquent cette situation ». D’ici 2015, le secteur des métiers de la santé va donc fortement recruter. Dans les 5 ans à venir, 30 000 départs à la retraite des professionnels médicaux, en ville et à l’hôpital, devraient être remplacés. Sur la même période, 110 000 professionnels non-médicaux exerçant au sein de la fonction publique hospitalière (FPH) devraient également être embauchés.

Pour découvrir tous les métiers existants, les jeunes peuvent en consulter la liste sur un site Internet dédié. Formation, salaire, statut… tout y est. Mehdi, élève de 1ère ES, sort son smartphone pour « scanner » le code de l’affiche. Il aura ainsi accès au site web sur son téléphone. Un réflexe nouveau, pour une future génération de professionnels de la santé.

Aller plus loin :

Consultez le site de la campagne.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.