La planification familiale, un moteur de développement

Le rapport sur l’Etat de la population mondiale 2012 a été publié mercredi 14 novembre dernier. A cette occasion, le Fonds des Nations Unies pour les Activités de Population (FNUAP) met l’accent sur les liens étroits entre planification familiale et niveau de développement des pays. Chiffres à l’appui.

« La planification familiale n’est pas un privilège mais un droit. Cependant trop de femmes – et d’hommes – se voient refuser ce droit fondamental » explique le Dr Babatunde Osotimehin, Directeur exécutif du FNUAP. Or dans les pays en développement, 222 millions de femmes n’ont pas accès à la contraception.

Les auteurs du rapport insistent donc sur l’importance « d’améliorer l’accès à la planification familiale », qui « constitue un bon investissement économique ». Ils ont ainsi calculé que « des investissements supplémentaires dans ce domaine permettraient d’économiser plus de 11 milliards de dollars par an dans les pays en développement ». Dans les faits, « si au cours des vingt années à venir au Nigéria, le taux de fécondité – actuellement de 5,7 enfants par femme, n.d.l.r. - diminuait simplement d’un enfant par femme, l’économie du pays augmenterait d’au moins 30 milliards de dollars ».

L’économie, mais pas seulement

Au-delà de l’impact économique de la planification familiale, le FNUAP souligne qu’elle est bénéfique pour de nombreux autres aspects du développement : l’exclusion, l’inégalité entre les sexes et la santé générale, bien sûr. Quelques exemples concrets :

Au Malawi, « la non-prise en compte des besoins des adolescents et des jeunes en matière de santé sexuelle et reproductive, a contribué aux taux élevés de grossesses non désirées et d’infections par le VIH » indiquent les auteurs ;

Aux États-Unis, les adolescentes qui ont des enfants voient leurs chances d’accéder à un diplôme de fin d’études secondaires réduites de plus de 10% ;

Pour le FNUAP, « la planification familiale a un effet multiplicateur positif sur le développement. La capacité des couples à décider quand ils auront des enfants et combien ils en auront, contribue à sortir les nations de la pauvreté. Elle constitue aussi l’un des moyens parmi les plus efficaces pour développer l’autonomisation des femmes. » Celles qui recourent à la contraception « sont en général en meilleure santé, plus éduquées, plus autonomisées dans leur ménage et leur communauté, et plus productives sur le plan économique. »

Aller plus loin : téléchargez le rapport intitulé Etat de la population mondiale 2012.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.