La médecine palliative, une révolution inattendue

La mise en place précoce des soins palliatifs chez des patients atteints d’un cancer du poumon métastasé, permet d’améliorer considérablement leur qualité de vie. Un travail américain l’a d’ailleurs confirmé dès 2010. La réalité pourtant, peine à traverser l’Atlantique… Au cours des Rendez-vous ADOC, une réunion scientifique organisée à Paris le 20 octobre dernier, les auteurs de cette étude ont marqué les esprits des 500 spécialistes français (traitement de la douleur, soins palliatifs et oncologie) présents.

Le Dr Sylvain Pourchet, responsable de l’unité de soins palliatifs à l’hôpital Paul Brousse de Villejuif, tient à rappeler la définition précise des soins palliatifs pour en terminer avec un amalgame « bien français » : « Les soins palliatifs ne sont pas synonymes de fin de vie. C’est un progrès récent de la médecine qui repose sur des soins destinés à des patients atteints de maladies graves. Leur objectif est d’améliorer la qualité de vie, à quelque stade que soit la maladie ».

L’étude présentée au cours des Rendez-vous ADOC a été menée au Massachussetts General Hospital de Boston. Cent cinquante et un patients atteints d’un cancer du poumon non à petites cellules, et porteurs de métastases, se sont vu proposer au moment du diagnostic deux approches différentes : un traitement oncologique classique ou ce même protocole associé d’emblée à des soins palliatifs.

Allongement de la durée de vie

« Les résultats ont confirmé ce que nous avions déjà remarqué au cours de notre expérience », indique le Dr Pourchet. « Les soins palliatifs ont permis une amélioration considérable de la qualité de vie. Et ceci aussi bien au niveau de la douleur, de l’anxiété que de la dépression. » Mais le résultat le plus étonnant a été l’allongement de la durée de vie dans le groupe qui en avait bénéficié. La moitié des patients qui en faisaient partie était encore vivants 11,6 mois après l’entrée dans le protocole, alors que pour les patients qui avaient subi le traitement classique, ce chiffre était de 8,9 mois. « C’est une énorme surprise. Cela fait beaucoup réfléchir. Car jusqu’à présent l’objectif des soins palliatifs était seulement d’améliorer la qualité de vie. C’est vraiment historique, dans le monde de la médecine ! » L’enthousiasme du Dr Pourchet est partagé par tous les professionnels œuvrant dans les soins palliatifs en France. Car c’est la première fois que l’efficacité de ces soins mis en place précocement, est scientifiquement établie.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.