Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Notre-Dame-des-Landes Des Ailes pour l'Ouest porte plainte après les menaces

0 03.12.2014 17:36
Me Thibaud Huc et Alain Mustière, ce mercredi matin au TGI de Nantes.

Me Thibaud Huc et Alain Mustière, ce mercredi matin au TGI de Nantes.

Photo Presse Océan - Nathalie BOURREAU

Ce mercredi, Alain Mustière, président de l'asociation Des Ailes pour l'Ouest, et Me Thibaud Huc ont déposé plainte auprès du tribunal de grande instance de Nantes. Cette plainte intervient un mois et demi après la réception de courriers de menaces par une trentaine d'entreprises pouvant être concernées par le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Revendiqué par un groupe de zadistes, l’avertissement fait référence à un appel d'offres émis par la Dréal. Celui-ci concerne le « suivi des mesures compensatoires relatives à la restauration des fonctions liées aux zones humides » et s’inscrit dans le cadre des travaux préalables à la construction du barreau routier de desserte de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes afin de relier les 4 voies Nantes-St-Nazaire et Nantes-Rennes.

Extraits du courrier :

« C'est dans la louable intention de vous mettre en garde des risques encourus par l'entreprise qui décrochera ce marché. Vous ignorez peut-être les pertes dont les autres entreprises liées à ce projet furent précédemment l'objet. Celles qui ont travaillé sur le terrain, à la ZAD, furent confrontées à de multiples interruptions de travail, dégradations, harcèlements téléphoniques ».

« Les pertes et dégâts matériels infligés sont à anticiper car ils ont de graves conséquences économiques et ne se limitent pas au périmètre de la ZAD. Chaque local, siège social, où qu'il soit, est une cible potentielle. Sans parler de la mise à mal de l'image de marque des entreprises concernées ».


« Si vous décrochez l'appel d'offre n°14-134622, vous ferez sans doute vous aussi l'objet d'un « suivi » qu'il vous faudra compenser financièrement. Par conséquent, nous ne saurions trop vous conseiller de réfléchir à deux fois avant de répondre à cet appel d'offre, l'intégrité de votre entreprise pourrait en être gravement affectée ».

Pour Alain Mustière, "ce courrier est une véritable atteinte à la liberté d'entreprendre". Un courrier et des méthodes également condamnés par les opposants historiques, à l'exemple de l'Acipa et de l'Adéca (agriculuteurs).

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.