Hyperglycémie : quand les médicaments sont en cause

Dans la dernière livraison de la Revue Prescrire, ses rédacteurs alertent sur le risque d’hyperglycémie lié à la prise de certains médicaments. Ces derniers seraient d’ailleurs particulièrement nombreux. Petit rappel à la vigilance…

L’hyperglycémie, c’est une élévation anormale du taux de glucose dans la sang. Lorsque ce dernier est supérieur à jeun, au seuil de 6,1nmol/l – ou 1,10g/l selon les anciennes normes – il y a hyperglycémie. En cas d’hyperglycémie majeure, le sujet éprouve une soif intense et produit des urines en abondance. A court terme elle peut entraîner des nausées, des vomissements, des douleurs abdominales, une déshydratation voire un coma acido-cétosique.

Si la cause la plus fréquente d’hyperglycémie chronique est le diabète, elle peut parfois être provoquée par l’ingestion de divers médicaments. C’est notamment le cas des corticoïdes, des neuroleptiques, des antiviraux, de certains anticancéreux, des diurétiques ou des contraceptifs fortement dosés en estrogène ou en progestatif.

« Quand une hyperglycémie est liée à un médicament, la diminution de la dose voire l’arrêt du traitement, entraîne souvent sa disparition », soulignent les rédacteurs de la Revue. A condition bien entendu d’évoquer le problème avec son médecin. Lui seul sera en mesure d’envisager une alternative thérapeutique. « Chez un patient diabétique, quand un tel médicament parait irremplaçable, une surveillance rapprochée de la glycémie permet d’adapter le traitement hypoglycémiant, afin d’éviter d’importants déséquilibres glycémiques », concluent-ils.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.