Homoparentalité : « un projet qui déstabilise toutes les familles »

Tous les couples mariés ont droit à l’adoption. Il est donc inévitable que le projet de loi gouvernemental sur le mariage homosexuel, présenté le 7 novembre en Conseil des ministres, pose la question de l’accès des couples homosexuels à l’adoption. Après la psychanaliste Geneviève Delaisi de Parseval, nous avons interrogé le Dr Christian Flavigny, Directeur du département de psychanalyse de l’enfant et de l’adolescent à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière (Paris) qui affiche davantage de réserves.

Peut-on mettre l’homoparentalité sur un même plan que l'hétéroparentalité ? « Oui… si l’on résume la parentalité à la fonction éducative de la famille, à sa facette superficielle » nous explique-t-il. En clair, « pour nourrir l’enfant ou l’amener à l’école, il suffit d’un adulte. Peu importe sa vie sexuelle, peu importe aussi son nombre, un, deux ou plus… Il s’agit là de tâches parentales, au regard desquelles l’homoparentalité est sans incidence particulière ».

Notre spécialiste en revanche, considère la question de la filiation avec un regard beaucoup plus critique. « La filiation est le pivot de la vie affective et de l’identité. Elle est le fondement même, la raison d’être de l’enfant. Or ce dernier sait bien que la venue au monde résulte de la relation d’un homme devenant le père, et d’une femme devenant la mère ». Christian Flavigny va plus loin, évoquant un « forcing filiatif. Dans le cas de parents du même sexe, on mettrait le compagnon ou la compagne à la place de la mère ou du père, ce qui est acceptable au plan éducatif mais pas au plan filiatif. Ce serait un faux, faisant accroire à l’enfant par l’usage des lois, qu’il aurait deux pères ou bien deux mères. Ce serait effectuer une comparaison, plaquant l’un sur l’autre deux registres qui ne sont pas les mêmes ».

Pour le Dr Flavigny, ce « plaquage » conduirait inéluctablement l’enfant à se mésestimer. « L’union homosexuelle place l’enfant devant le fait qu’un de ses parents est manquant. Par exemple le père dans un couple lesbien. Il va alors, s’en accuser. Avoir l’impression qu’il n’a pas mérité d’avoir son père et sa mère comme les autres enfants. Et il ne pourra s’en exonérer que s’il parvient à comprendre que c’est l’option affective de son parent qui en est responsable, et non lui ».

Le projet de loi en question

Aux yeux de Christian Flavigny ce projet de loi risque de « déstabiliser toutes les familles », dans la mesure où il placerait « l’intérêt des parents avant celui des enfants. La loi lui imposant d’avoir deux parents indifférenciés de sexe (parents 1 et 2, ou parents A et B) ne peut donc que lui compliquer la compréhension de sa situation. Elle n’est pas de l’intérêt de sa vie affective et psychique ».

Il tient néanmoins à préciser qu’il ne « discrédite pas les différentes façons de faire la famille. Seulement la loi, telle qu’elle est présentée, viendrait falsifier la filiation. Avons-nous le droit de supprimer cette gratification essentielle pour tout enfant, d’avoir son père et sa mère ? ».

Demain vous trouverez ici-même le point de vue de deux associations de familles.

Aller plus loin

Le Dr Christian Flavigny est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la filiation. Parmi les derniers parus : La querelle du genre – Faut-il enseigner le ‘gender’ au lycée ? (PUF), 2012 - Avis de tempête sur la famille (Albin-Michel), 2008.

Retrouvez un autre point de vue, celui de Geneviève Delaisi de Parseval, psychanalyste, spécialiste de la parentalité dans les couples homosexuels et auteur de Famille à tout prix (Seuil).

Enfin, dans la mesure où l’Organisation mondiale de la Santé donne comme définition de la santé « un état de complet bien-être physique, mental et social », nous avons donc décidé de donner la parole aux représentants du culte. Retrouvez :

Le point de vue des autorités catholique sur le mariage homosexuel ;

Le point de vue du Grand Rabbin de France ;

Le point de vue des autorités musulmanes.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.