Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Grand Ouest Les finances de la Folle journée de Nantes passées au crible

0 16.05.2013 09:32
Presse Océan dévoile le rapport de la chambre régionale des comptes qui a ausculté les finances du célèbre festival de musique classique "La Folle journée".

Presse Océan dévoile le rapport de la chambre régionale des comptes qui a ausculté les finances du célèbre festival de musique classique "La Folle journée".

Photo Presse-Océan

Presse Océan dévoile le rapport de la chambre régionale des comptes qui a ausculté les finances du célèbre festival de musique classique "La Folle journée".

Très bonnes notes et petits couacs. Le rapport des magistrats en charge d’ausculter les comptes de la « Folle journée » flirte souvent avec le prix d’excellence. Au fil de ce document dont Presse Océan a obtenu une copie en avant-première, la situation financière du festival de musique classique, passée au crible sur la période allant de 2007 à 2011, est jugée « satisfaisante ». Le déficit de 84 000 €, constaté en 2007, a été comblé dès la saison suivante. La société d’économie mixte (SEM) en charge du festival, qui nécessite un budget dépassant les 4 millions d’euros, dégage depuis un résultat d’exploitation positif.

La manifestation de renommée internationale n’apparaît pas comme un gouffre à subventions. « Les subventions publiques ne représentent que le tiers des ressources du festival et ce taux est en diminution » sur la période observée, notent avec satisfaction les magistrats financiers. Signe de la bonne santé et de l’attractivité de l’événement: les recettes de billetterie (1,8 M€) ont bondi de 23 % entre 2007 et 2011.

Les retombées économiques directes du festival, qui a regroupé 145 000 spectateurs cette année, sont jugées « substantielles ».

Plusieurs recommandations sont néanmoins édictées par la chambre régionale des comptes. Les magistrats préconisent une plus grande transparence dans les relations économiques tissées entre la société d’économie mixte (SEM) organisant la « Folle journée » - dont le capital est détenu à 82 % par des actionnaires publics - et le Centre de réalisations et d’études artistiques (Créa), association qui assure la conception artistique du festival.

La Chambre pointe aussi la politique de distribution de nombreuses invitations à différents partenaires, qui a un « impact non négligeable sur les recettes ». Un suivi plus attentif en la matière est conseillé.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.