Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Football Angers SCO - Lens : Ayari, une naissance à la 95e minute

0 12.02.2013 13:26

Angers SCO a battu Lens par trois buts à deux, au terme d'un match fou, lundi soir au stade Jean-Bouin à Angers. Retour sur ce match.

Le film

Courir après le score n’était pas la spécialité de ce SCO version 2012-2013, toujours bredouille lorsqu’il concédait le premier but à Jean-Bouin (Guingamp : 1-2 ; Istres : 0-1 ; Monaco : 1-2 ; Clermont : 1-2). « N’était », car hier soir, une fois n’est pas coutume, Angers a eu le fin mot de l’histoire. Et quelle histoire !

Par deux fois, le SCO - plombé par 20 minutes initiales au cours desquelles il n’a su allier maîtrise et efficacité, à l’image de Doré - a fait montre de réaction. D’abord après l’ouverture du score de Lemoigne, sur un centre de Bela (26e, 0-1), puis après ce contre « sang et or » mené par Bergdich (67e, 1-2). Le premier sursaut, signé Frikeche sur une passe décisive d’El Jadeyaoui (56e, 1-1), n’est rien comparé au second. Imprévisible. On joue la 89e minute. Réduit à 10 après l’expulsion de Boyer, le SCO n’a plus aucune raison d’y croire, si ce n’est celle du désespoir. Keserü effectue une remise de la tête plein axe pour El Jadeyaoui, qui crucifie Riou (90e, 2-2). Déjà sauvé à plusieurs reprises par Malicki, solide face à Bela (45e), puis devant Touzghar (64e),

Angers ne s’en contente pas. Le RCL, lui, perd totalement pied, qui cède encore une fois sur un cafouillage étouffant conclu par Ayari (3-2, 90e+5).

Les joueurs

Le public de Jean-Bouin ne le connaissait pas. Il n’est pas près de l’oublier. Tout droit débarqué de l’Espérance de Tunis, Ayari, entré en jeu à la place de Doré - en difficulté dans le dernier geste hier soir -, a tout simplement offert la victoire à ses partenaires. Décisifs, Keserü et El Jadeyaoui l’ont aussi été, et toujours dans les bons coups angevins. Frikeche, lui, est monté en puissance au fil des minutes, à côté d’un Auriac toujours aussi régulier. Défensivement, la charnière centrale Decamps - Boyer (expulsé pour une main) a répondu présent, à l’image de Malicki. Fall, lui, a souffert sur le deuxième but lensois.

L'adversaire

« A 2-1, à 11 contre 10, à 36 points (en cas de victoire), on a la possibilité de vivre une fin de saison exaltante. Bilan : on ne fait que reculer. On est incapable de tenir un résultat. » Voilà pour le côté pile d’Eric Sikora, devant l’étendue des dégâts : une défaite qui élimine (sans doute) le RC Lens de la course à l’accession. Avec le côté face, par contre, ça décoiffe : « C’est inadmissible ! À la limite d’une faute professionnelle. On a peut-être montré nos limites. On avait fait ce qu’il fallait avant l’expulsion. Après, on manque de mental, de leaders. Sincèrement, on n’a pas le droit. A-t-on eu peur de conclure ? Mes c… ! Faut arrêter ! On fait les beaux ! Voilà la réalité. Je suis en colère car on n’a pas le droit de lâcher. C’est ça que je n’arrive pas à comprendre. Maintenant, il faut arrêter de rêver. On est tous responsables. »

Benoît LÉGER

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.