Elle entend une voix… et c’est la sienne !

Près de 600 ans après que Jeanne d’Arc eut été brûlée vive à Rouen, une équipe de l’INSERM vient enfin de trouver l’origine de la « petite voix » que certains – ou certaines… - d’entre nous ont dans la tête. Sans pour autant reprendre à leur compte la dimension mystique de la sainte pucelle, les scientifiques sont parvenus à montrer que les aires auditives de notre cerveau réagissaient à la lecture d’un livre.

Une équipe du Centre de Recherche en neurosciences de Lyon, dirigée par Jean-Philippe Lachaux, s’est donc intéressée à la « petite voix » qui se manifeste dans nos têtes ! En enregistrant directement l’activité des aires cérébrales auditives spécialisées dans le traitement de la voix, les auteurs ont constaté qu’elles étaient actives lorsque nous lisions « dans notre tête ». Cette impression d’entendre notre propre voix, est due à l’activation spontanée des aires auditives du cortex, celles qui sont occupées d’ordinaire à analyser les sons qui nous parviennent.

Bien que ces travaux ne traitent qu’une situation de lecture, ils établissent la preuve qu’il est possible de détecter en direct les moments où quelqu’un pense. Et même de savoir si ses pensées sont plutôt de nature verbale. « A terme, les applications (de cette découverte) pourraient être nombreuses », indique l’INSERM dans un communiqué. « Par exemple pour envisager des outils de rééducation permettant d’éviter l’emballement des pensées lorsqu’elles deviennent trop nombreuses. Notamment les pensées négatives chez les patients dépressifs, qui s’enchaînent les unes aux autres et finissent par accaparer toute l’attention des patients ».

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.