Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Ecrivez un conte de Noël avec Yannick Jaulin

0 06.12.2013 16:03
Yannick Jaulin actuellement aux Bouffes du Nord, à Paris dans sa dernière création "Conteur ? conteur".

Yannick Jaulin actuellement aux Bouffes du Nord, à Paris dans sa dernière création "Conteur ? conteur".

Et si c’était votre conte qui était retenu ? Le Courrier de l'Ouest invite ses lecteurs et internautes à imaginer la suite d‘un conte de Noël amorcé par Yannick Jaulin. Le meilleur conte sera publié dans nos colonnes entre Noël et le Nouvel An. L’artiste a donc pris sa plume pour inventer, dans le plus pur style Jaulin dont il a le secret, l'amorce d'une histoire ancrée dans le terroir.
Cette nativité réinventée à l’aune de l’actualité, sous un aspect anecdotique, renvoie aux valeurs de tolérance. L’histoire pourrait se situer aux alentours de 2030. Selon une idée qui lui tient à cœur, un canal a été creusé du Nord au Sud du département. C’est la Troisième Sèvre.


Le début de l’histoire...imaginez la suite
Pourtant cette veille de Noël avait bien commencé. Le président Gautier avait inauguré la troisième Sèvre en grande pompe. On avait monté en bateau fleuri de Brioux-sur-Boutonne à Argenton-les-Vallées, comme le Mercure monte dans le thermomètre. Fini le temps d’un département qui s’écrapoutissait dans la fond de sa chaussette, incapable de se hisser au rang des autres. Deux couches de calcaire pour une de granit traversés d’un jet puissant : un canal historique. Le pays avait enfin trouvé son sens : une flèche pour aller plus haut.
Sur les bords du canal, malgré le froid et le brouillard, la foule était là, Les trois représentants des pays jumelés aussi : Messieurs Melchior, Gaspard et Balthazar. Les enfants de Vasles, déguisés en mouton, dansaient  la chorégraphie dite de Panurge. La chorale départementale chantait la sauce aux lumas, les vignerons de Pamproux faisaient du vin chaud et les représentants de Gâtine des poumes cuites.
Les mots du président avaient été forts, émouvants. Il avait parlé d’écologie avec cette voie navigable irriguant à tous les sens du mot le territoire et de cette nécessité de solidarité avec cette désolation qui gagnait notre vieux pays en crise permanente et cette peur des invasions de migrants qui prenaient de l’ampleur… Il avait repris la guitare pour l’occasion devant des milliers de citoyens ravis, transis et admiratifs. Car avec les moufles et ses 80 ans passés, il fallait le faire.
C’est arrivé plus tard, quand tout le monde a été parti,  une voix de vieille femme a huché : « Daus nègrrrres ! »
Sur le bord de Sèvre, on a vu le boat people rempli jusqu’à la goule sortir du brouillard
« On l’avait bien dit que le canal c’était la porte ouverte aux immigrés »
« On peut pas accueillir toute la misère du monde »
« Ah c’est bien la peine de faire des discours »
Quelques fusils ont tiré en l’air
« Vous approcherez pas de là… »
Le bateau a attendu la nuit pour accoster à la nuit, dans les fourrés. La nuit était glaciale et une femme geignait, grosse, énorme…. Les yeux agrandis par la peur d’accoucher là, sans rien….On l’a descendu sur la rive, elle et son homme. Personne ne pouvait rien pour elle.
Et c’est là que ça s’est passé …

Envoyez la suite de cette histoire, (2 000 signes maximum), à redaction.web@courrier-ouest.com, avant le mardi 24 décembre.

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.