Ebola s’installe en Ouganda

Dans l’ouest de l’Ouganda, une flambée épidémique de fièvre hémorragique à virus Ebola, a déjà provoqué 16 décès depuis le début du mois de juillet. Au total, 53 cas ont été observés dans ce pays du centre-ouest de l’Afrique. Rappelons qu’il n’existe pas de traitement spécifique, ni de vaccin contre ce virus.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), pour l’heure « 253 personnes ayant pu être en contact avec les victimes ont été recensées et isolées. Sur place, les équipes de l’OMS travaillent de concert avec Médecins Sans Frontières et la Croix-Rouge ougandaise pour limiter la propagation du virus. Pour le moment, l’OMS ne recommande pas de restrictions au niveau des voyages à destination de l’Ouganda.

La fièvre hémorragique Ebola est une maladie virale très contagieuse et fréquemment mortelle. L’OMS évoque un « taux de létalité de 25% à 90% ». D’après l’agence onusienne, « le virus est transmis par contact direct avec du sang, des sécrétions (salive, sang), des organes ou des liquides biologiques (sperme) de personnes infectées ». Il peut aussi se transmettre à l’homme lors de la manipulation d’animaux porteurs du virus ou malades, vivants ou morts : chimpanzés, gorilles et antilopes des bois.

Les premiers symptômes se traduisent par une fièvre soudaine, des douleurs musculaires, des maux de tête. Ces signes sont suivis de vomissements, de diarrhées, de troubles rénaux. Puis surviennent des hémorragies, internes et externes. Aucun traitement ni vaccin spécifique n’est actuellement disponible contre cette maladie. L’OMS précise toutefois que « plusieurs candidats-vaccins sont en cours d’essai, mais il va falloir peut-être attendre encore des années avant que l’un d’entre eux puisse être utilisé ».

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.