Ebola de retour en République démocratique du Congo

Après l’Ouganda, la République démocratique du Congo (RDC) est frappée par une flambée de fièvre hémorragique à virus Ebola. Quinze cas (dont 10 morts) y ont été rapportés ces derniers jours. L’OMS s’empresse toutefois d’assurer qu’il « s’agit de deux événements distincts, les souches étant différentes ».

L’Organisation mondiale de la Santé signale en effet la survenue de 15 cas d’Ebola en RDC. La dernière épidémie dans ce pays datait de 2009. La majorité des patients ont été recensés à Isiro. Cette ville de 200 000 habitants est située dans le nord-ouest du pays, proche de la frontière ougandaise, où une épidémie d’Ebola sévit également.

Mais l’OMS l’assure : « les deux épidémies ne sont pas liées car nous sommes en présence de souches virales différentes » : Soudan en Ouganda et Bundibugyo en RDC. En Ouganda, où 16 décès ont été rapportés, aucun cas n’a été signalé depuis le 4 août. « Le ministère de la Santé du pays poursuit son travail avec les différents partenaires pour contrôler l’épidémie centrée dans le district de Kibaale », explique l’OMS.

En République démocratique du Congo, les équipes de l’OMS travaillent de concert avec Médecins Sans Frontières pour limiter la propagation du virus. Lequel, rappelons-le, est très contagieux et fréquemment mortel. L’OMS évoque un « taux de létalité de 25% à 90% ». D’après l’agence onusienne, « le virus est transmis par contact direct avec du sang, des sécrétions (salive, sang), des organes ou des liquides biologiques (sperme) de personnes infectées ». Il peut aussi se transmettre à l’homme lors de la manipulation d’animaux porteurs du virus ou malades, vivants ou morts : chimpanzés, gorilles et antilopes des bois.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.