Détecter un médicament contrefait… en dix minutes !

Les médicaments contrefaits sont un fléau qui affecte lourdement les pays en développement, où ils provoquent chaque année des milliers de décès. Une équipe américaine annonce avoir mis au point un test « très simple » pour détecter les contrefaçons du Panadol®. Ce médicament – composé de paracétamol seul ou associé à de la caféine – figure parmi les antalgiques les plus utilisés au monde. Les premiers résultats de la méthode mise au point par le Dr Toni Barstis (St Mary’s College, Indiana) paraissent prometteurs.

Elle a concentré ses efforts sur ce médicament car « c’est l’un des antalgiques les plus utilisés dans le monde » explique l'auteur. « Le test est très simple : il repose sur l’utilisation d’une feuille de papier de la taille d’une carte de crédit, traitée chimiquement. Pour savoir si un comprimé de Panadol est un faux, il suffit de le frotter contre celle-ci puis de la mettre dans l’eau. Si la feuille change de couleur, cela indique la présence de molécules suspectes ». Le test – réalisé sur plusieurs centaines de comprimés dont certains avaient été volontairement falsifiés – semble avoir donné des résultats particulièrement fiables.

Des contrefaçons de plus en plus difficiles à reconnaître

Il permet d’identifier un médicament contrefait en moins de dix minutes… voire beaucoup plus rapidement puisqu’un temps record de 1’38’’ a été réalisé. Sachant les délais habituellement nécessaires à l’obtention des résultats d’une analyse physico-chimique, c’est une petite révolution. Ces tests en effet, ne peuvent être réalisés qu’en Europe ou aux Etats-Unis. Ce qui explique les délais de 3 à 6 mois parfois nécessaires.

Comme l’explique le Dr Barstis, le nouveau test serait particulièrement bienvenu, alors même que la lutte contre les contrefaçons médicamenteuses s’avère de plus en plus difficile. « Auparavant, il suffisait de regarder l’emballage pour identifier un faux d’un vrai. Désormais, ce n’est plus le cas » puisqu’une ressemblance parfaite avec le médicament original est désormais la norme.

Cette découverte a été présentée lors de la 244e édition du congrès national de l’American Chemical Society, qui s’est tenu à Philadelphie du 19 au 23 août 2012. En liaison étroite avec des pharmaciens basés au Kenya, Toni Barstis et sont équipe travaillent désormais sur un test capable de détecter d’autres familles de médicaments contrefaits. Des antibiotiques notamment. L’objectif est de parvenir à une formule qui permette sa généralisation, à un coût extrêmement modique pour permettre au grand public de vérifier la qualité de ses médicaments. L’objectif serait de rester sous les seuils de 0,25 dollar américain…

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.