Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Courrier des lecteurs : de l'état lamentable de nos routes

0 15.04.2013 15:30
Courrier des lecteurs : de l'état lamentable de nos routes.

Courrier des lecteurs : de l'état lamentable de nos routes.

Photo Le Courrier de l'Ouest - Josselin Clair

"L'état de la Départementale 161 Milly - Le Meugon-Saumur reflète le total délaissement dans lesquelles sont laissées à l'abandon nos routes Angevines. Criblée de déformations, cette route ne cesse de se détériorer, frappée de deux hivers particulièrement redoutables pour le bitume. On note :

- Des portions complètement aplaties des deux côtés droit, laissant une bande médiane supérieure rescapée, notamment par le passages de camions déviés par les travaux interminables du bourg de Denezé Sous Doué. Sans compter les dits camions interdits de passage sur les deux rives de la Loire qui parfois empruntent ce raccourcis pour relier les villages de Gennes et Les Rosiers. Comment ne pas interdire tout tonnage supérieur à la normale sur ces Départementales ?

- Des nids de poule béants au passage de Villemolle et Beaucheron  dans lesquels s'engouffre la pluie, et menace d'aquaplanning.

- Une signalisation totalement inadaptée, seul résultat positif de mon dernier courrier au conseil Régional et DDE concernée.

Et une déformation de la route régulière du début à la fin de ce parcours que j'emprunte quotidiennement.

Seulement voilà, je devrais peut-être y mourir brutalement, auquel cas, on se pencherait enfin sur la question. Je devrais peut-être aussi glisser à moto sur les innombrables incivilités des engins agricoles au sortir des champs et leurs tas de terre qui jonchent le bitume, redoutable piège pour les deux roues. Empalé sur un arbre de la forêt de Milly, je n'aurais plus qu'à attendre le ramassage de mon corps et d'une hypothétique page faits divers du CO.

Je devrais peut-être, comme me l'a répondu le Conseil général, finalement, déménager, car cette route ne présente que peu d'intérêts au vu du nombre de passages recensés. Mais pas un mot des nouvelles habitations en construction qui essaiment petit à petit sur cette portion de route.

Pas un mot d'une ventilation de budget routier qui fait la part la plus belle aux Nationales rénovées tous les six mois, sans jamais se demander si cela est bien opportun. Pas un mot sur les budgets des rardars installés censés répartir une part des recettes aux fins de l'entretien routier.

L'Etat n'arrête pas de nous matraquer de messages sur la sécurité routière sans jamais regarder les premières causes de mortalité sur les routes : leur état et leurs infrastructures.

Car, il est prouvé que la circulation sur autoroute est bien plus sécurisée, donc mieux entretenue. L'on sait également que de l'infrastructure des routes et de leurs entretien dépends également la perception de l'automobiliste. On connait enfin la vulnérabilité des deux roues vis à vis de déformations routières, si minimes soient-elles : nids de poule, bitûme arraché, portions lisses ou inégales.   

Le climat de ce dernier hiver n'a fait que surenchérir cet état de fait.

On souligne enfin que les pneus d'un véhicule sont les premiers éléments de contact avec la route, et mérite  qu'on s'équipe et vérifie régulièrement la qualité et l'usure de ceux-ci. Un contrôle technnique obligatoire s'efforce d'ailleurs de constater, voire imposer le changement de ce train.

Je propose donc un contrôle technnique annuel de la D 161 avec obligations de contre visite obligatoire en cas de constatation dument effectuée de dégradations pouvant occasionner un risque sécuritaire pour l'usager. Et maquaron à apposer sur le pare brise !"

Paul Maudonnet

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.