Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Niort Le retour des commerces éphémères rue Porte-Saint-Jean

0 04.12.2015 06:00
Sébastien Pacault, dans l'ancien cybercafé, ici avec Philippe Lebourg.

Sébastien Pacault, dans l'ancien cybercafé, ici avec Philippe Lebourg.

Photo Le Courrier de l'Ouest

L'opération « ouverture éphémère de commerces » rue Porte-Saint-Jean à Niort commence à prendre forme.

Les anciens locaux de Studio 21 (n° 26/28) accueillent un dépôt de pain (Le Festival des pains de Mougon), des pâtisseries de Baillon et M. Moinard (le gâteau Saint-Jean), des produits laitiers de la Roche laitière, du GAEC la Bazinière, de l'agneau, du pigeonneau, des escargots (de Vendée), des œufs, des rillettes du Mans ! Sans oublier les sandwiches à midi.

On trouve les primeurs de M. Pacault, qui a un banc aux Halles, dans l'ancien cybercafé (n° 8).

Il reste de la place

Quant au crêpier bio annoncé, il est remplacé par un traiteur qui ouvrira à partir du 10 décembre « Au Petit Berbère » dans l'ancienne boucherie (n° 19), annonce Philippe Lebourg, l'un des initiateurs de l'opération qui doit durer tout le mois. « Il reste des locaux disponibles dans la rue, je suis ouvert à toute initiative ».

Des artisans sont pressentis pour s'y installer, exposer leurs produits et assurer une permanence le samedi matin. Inauguration jeudi 10 à 12 h 15.

Pour télécharger le journal, cliquez ici

 

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.