Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Chômeur immolé : la ministre Carlotti à Nantes, les syndicats veulent du concret

0 14.02.2013 17:20
Voir la vidéo

"Ici tout a été fait", expliquait ce jeudi, en début d'après-midi Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées et à la lutte contre l’exclusion devant la direction régionale de Pôle emploi.

Paraphrasant de fait Michel Sapin, le ministre du Travail et de l'emploi venu à Nantes dès mercredi soir apporter son soutien aux agents de Pôle emploi.

"Un métier extrêmement difficile" (ministre)

La ministre Carlotti a déchargé ces derniers de "toute responsabilité" dans le suicide de ce chômeur en fin de droits, estimant : "S'il y a une responsabilité, elle est collective : c'est la situation de la pauvreté dans ce pays ; que nous voulons faire reculer."

Ajoutant, avant d'entamer la première étape de son "Tour de France de la solidarité" : "Je donne aux salariés tout mon soutien. Ce sont eux qui sont au front. C'est un métier extrêmement difficile, qu'il faut absolument respecter."

"8 000 postes doivent être créés" (syndicat)

A l'image de jean-Charles Steyger, du SNU-Pôle emploi, les syndicats rencontrés ce midi par la ministre attendent désormais des mesures concrètes.

"8 000 postes doivent être créés", a-t-il affirmé, expliquant que "le nombre de [chômeurs en] fin de droits va doubler d'ici fin décembre".

Et appelant l'Etat à organiser une "Conférence nationale sur l'emploi" :

 

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.