Recevez gratuitement la lettre d'information générale du Courrier de l'Ouest.
Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Je m'inscris !

Cholet " L’argumentation surréaliste du maire"

2 10.09.2013 19:15
Photo Le Courrier de l'Ouest

Photo Le Courrier de l'Ouest

Lors des échanges entre le maire et ses oppositions du conseil municipal de Cholet lundi soir, il a été question de la fameuse phrase sur Hitler et les gens du voyage directement ou de manière allusive.

Au détour d’une phrase, Gilles Bourdouleix, qui considère qu’on lui fait un mauvais procès, a déclaré qu’« aucun tsigane pendant la Seconde Guerre mondiale n’avait été massacré en France » mais que l’extermination s’était déroulée en Europe centrale et en Europe de l’Est. « Ceux qui connaissent l’Histoire le savent. »

« C’est scandaleux » ont régi les élus du centre et de gauche.

Xavier Coiffard s’indigne et estime que « l’affaire de juillet dernier avec les gens du voyage a marqué au fer rouge le maire qui cherche par tous les moyens à la faire oublier. »

Même sentiment à gauche. Gildas Guguen évoque « une argumentation surréaliste, absurde car Hitler a sévi quand même dans toute l’Europe. Le système de défense du maire depuis le mois de juillet est pathétique. »

 

Commentaires (2)

ça suffit
sarroche mer, 11/09/2013 - 14:59

même si l'on doit se demander si GB ne va donner la mairie sur un plateau à ses adversaires, voici un article documenté et identifié sur le sujet :
Le génocide des Tsiganes Par Marie-Christine Hubert et Daniel Laurent. Contrairement aux Tsiganes habitant dans les autres pays occupés, les Tsiganes de France ne furent pas exterminés. Les Tsiganes internés dans le camp de Natzweiller-Struthof étaient des Hongrois arrêtés en Hongrie. Victimes de ségrégation depuis la Loi de 1912, les " nomades " furent parqués dans des camps par le régime de Vichy et très tardivement libérés. Ils n'étaient en fait pas totalement libres à leur sortie des camps ; ils étaient en effet assignés à résidence en vertu du décret du 6 avril 1940 toujours en vigueur. Les nomades étaient les seules victimes de l'Occupant encore internées en 1945. Ce n'est qu'avec la loi du 10 mai 1946 portant fixation de la date légale de cessation des hostilités abrogeant de facto le décret précité que le dernier camp d'internement pour nomades, celui des Alliés, ferma ses portes le 1er juin 1946.

BRAVO
CATUSLOGUE49 mar, 10/09/2013 - 22:27

BRAVO MR LE MAIRE,MEME SI VOUS AVEZ PEUT ETRE DERAPE CE JOUR LA JE VOUS SOUTIEN CAR VOUS ETES UN HOMME AVANT TOUT ET QUAND D AUTRES VOUS POUSSENT A BOUT,LES REACTIONS SONT HUMAINES.P K

 

inscription à la lettre d'information générale
logo Courrier de l'Ouest

Vous avez aimé cet article ?

Recevez gratuitement la newsletter Courrier de l'Ouest.

Chaque matin, l'essentiel de l'actu est déjà dans votre boîte mail.

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.